2010-2014, l’ambitieux programme de Fiat

par Vincent Royer
4 commentaires

Fiat a présenté aujourd’hui son plan stratégique pour les cinq ans à venir. Un plan qui voit la séparation de la branche automobile et de la branche ‘industrielle’, la totale intégration de Lancia et Chrysler, et la relance de la marque Alfa Romeo comme une marque premium.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette journée du 21 avril 2010 était importante et attendue par tous les salariés, collaborateurs et fans du groupe Fiat. Après l’alliance avec l’américain Chrysler l’an dernier, c’est en effet aujourd’hui que Sergio Marchionne, directeur du groupe Fiat, présentait son projet quinquennal pour le groupe.

Après un conseil d’administration ce matin, au cours duquel la nomination de John Elkann a été entérinée en remplacement de Luca di Montezemolo démissionnaire de ce poste hier, ce sont les résultats du premier trimestre 2010 qui ont été présentés. Des résultats plutôt positifs puisque le groupe a annoncé une réduction de sa perte à 21 millions d’euros, contre 411 millions l’an dernier. De son côté, le chiffre d’affaires a progressé de 14,7% à 12,926 milliards d’euros tandis que le nombre de véhicules vendus est passé à 532 400 unités, soit une hausse de 14,6%. Sergio Marchionne a cependant tenu à préciser que 2010 serait une année encore difficile pour la branche automobile.

Séparation de la branche automobile

Pour tenir des objectifs ambitieux, il a par ailleurs également indiqué que cette branche automobile serait rapidement séparée du reste des activités du groupe. Ces activités, notamment les camions et les bus avec Iveco, ainsi que les engins agricoles et de construction avec CNH, seront regroupées au sein d’une nouvelle entité dénommée Fiat Industrial. Son introduction à la bourse de Milan est prévue pour la fin de l’année.

C’est ensuite le plan produits qui a été révélé.

Ferrari et Maserati de plus en plus rentables

Sergio Marchionne a d’abord insisté sur l’importance des marques Ferrari et Maserati. D’après lui, le chiffre d’affaire de ces deux marques hors normes va faire un bond d’ici 2014, passant de 2,2 milliards d’euros en 2009 à 3,9 milliards en 2014.

Pour cela, Ferrari va lancer un nouveau modèle par an et va continuer à se développer sur les marchés émergents. Marchionne mise également beaucoup sur le programme de personnalisation Ferrari.

Concernant Maserati, la gamme devrait être repositionnée afin de concurrencer des véhicules « moins élitistes » comme les BMW Série 5 ou autres Mercedes Classe E.

34 nouveaux modèles en Europe

C’est ensuite le plan de développement pour les marques Fiat, Lancia-Chrysler, Alfa Romeo, Abarth, Fiat Professional et Jeep qui a été détaillé. Si le nombre de plateformes pour ces marques passera de 19 à 5 d’ici 2014, pas moins de 34 nouveaux modèles seront lancés en Europe, dont 21 fabriqués sur le vieux continent.

La bonne nouvelle est aussi pour Lancia, qui ne disparaitra pas, et pour Alfa Romeo. La marque au Biscione est même celle qui est mise en avant par Marchionne, celui-ci voulant en faire une marque premium avec une gamme complète.

Alfa Romeo, objectif +260% en Europe

Pas moins de 7 nouveaux modèles seront commercialisés par Alfa Romeo d’ici 2014. A commencer par la Giulietta présentée au dernier salon de Genève et qui arrivera en France dès le mois de mai.

Notons l’arrêt des 147 et GT dès la fin de l’année 2010, celui des Brera et Spider courant 2011, alors que la 159 cessera d’être fabriquée fin 2012. D’ici là elle aura été remplacée courant 2012 par la Giulia et sa déclinaison break Giulia SW. Deux voitures qui seront également distribuées aux Etats-Unis.

Toujours courant 2012, c’est un SUV qui apparaitra au sein de la gamme Alfa Romeo, conçu par Chrysler et commercialisée en Europe comme aux Etats-Unis.

2013 verra l’apparition d’une Mito 5 portes, qui marquera l’arrivée de la Mito aux Etats-Unis, ainsi qu’un nouveau Spider conçu pour partie par Alfa Romeo, et pour partie par Chrysler. Spider qui sera commercialisée aussi aux Etats-Unis.

Enfin, en 2014 la Giulietta reliftée débarquera aux Etats-Unis alors qu’un second SUV, toujours de conception Chrysler, sera commercialisé aux Etats-Unis comme en Europe.

En 2014 Alfa Romeo disposera ainsi d’une gamme complète de véhicules touchant tous les segments. Sergio Marchionne a précisé qu’il vise 85 000 ventes d’Alfa Romeo aux Etats-Unis en 2014 sur les 500 000 unités prévues dans le monde cette année là.

Lancia-Chrysler, une gamme complète

Côté Lancia, la marque qui sera complètement intégrée avec Chrysler disposera elle aussi en 2014 d’une gamme complète avec sept modèles au catalogue. Mais des modèles qui, contrairement à Alfa Romeo, seront principalement des modèles américains.

Commençons par l’exception, l’Ypsilon, qui terminera sa carrière fin 2011. Elle sera remplacée courant 2011 par la nouvelle Ypsilon.

La même année, deux nouveaux modèles apparaitront au catalogue Lancia, les nouvelles Chrysler 300C et Grand Voyager.

L’année suivante, deux compactes, elles aussi d’origine Chrysler, seront proposées. Une berline du segment C ainsi qu’un break.

En 2013, un SUV Chrysler complètera la gamme européenne de Lancia, alors qu’une berline du segment D d’origine Fiat apparaitra en Europe, comme aux Etats-Unis.

Enfin, en 2014 la nouvelle Ypsilon subira son premier lifting, alors que le Grand Voyager sera renouvelé.

Ajoutons que le Phedra sera arrêté dès cette année.

Avec sept modèles au catalogue en 2014, Lancia a pour objectif une hausse de 160% de ses ventes en Europe par rapport à 2009. Mais le mélange Lancia-Chrysler sera-t-il gagnant ? Rien n’est moins sûr…

Consolidation de Fiat

Du côté de Fiat, le plan produit prévoit une consolidation de la gamme existante concernant les petites autos et les compactes, tandis que les grosses berlines n’existeront plus.

La Croma, le Multipla et l’Ulysse seront ainsi arrêtés dès la fin de l’année. Tout comme les Siena et Albea, pas importées en France, et les Punto et Seincento.

Seule nouveauté prévue en 2010, le nouveau Doblo lancé en janvier dernier.

Peu de nouveautés prévues pour l’an prochain non plus. Seules les nouvelles Panda et un SUV basé sur le Journey américain viendront compléter la gamme actuelle. Signalons que ce SUV est le seul modèle prévu d’ici 2014 à être fabriqué aux Etats-Unis par Chrysler.

L’année 2012 sera plus intéressante avec pas moins de quatre nouveautés et deux évolutions majeures. Ces évolutions concernant la petite 500 et le petit Qubo. Concernant les nouveautés, Fiat lancera une nouvelle petite voiture d’entrée de gamme en parallèle de la Punto Evo, ainsi qu’un petit monospace compact de 5 places (MPV). Ces deux modèles seront également commercialisés aux Etats-Unis. Un petit MPV de 7 places sera également commercialisé en Europe. Enfin, une nouvelle berline compacte sera commercialisée en Europe comme aux Etats-Unis.

Les trois derniers nouveaux modèles concernent l’année 2013. Fiat lancera une nouvelle petite citadine (la Topolino ?), une nouvelle Punto Evo, ainsi que la remplaçante de la Bravo qui terminera sa carrière en même temps.

En 2014, seules des évolutions de modèles existants sont prévues, celles de la Panda, du SUV dérivé du Journey, et du nouveau Doblo.

Le Sedici sortira du catalogue en 2012-2013 et la Grande Punto en 2013.

A noter, le lancement en Amérique Latine d’une nouvelle Fiat Uno.

Abarth, marque délaissée

Après l’engouement montré par le groupe Fiat pour la marque sportive Abarth ces deux dernières années, celle-ci semble être délaissée par ce plan quinquennal. Aucune nouveauté n’est en effet prévue mis à part la nouvelle Punto Evo Abarth en 2013. Plus une évolution qu’une nouveauté… En 2012, Abarth suivra l’exemple de Fiat en commercialisant les évolutions de la 500 et 500C. Bref, rien de très réjouissant et pas de trace de la barquette évoquée à de nombreuses reprises, ni d’un modèle propre à la marque.

Jeep, modèles américains

Terminons ce tour du plan produit en évoquant la marque Jeep. Celle-ci lancera en 2010 son nouveau Grand Cherokee, avant de faire évoluer trois de ses modèles en 2011 : le Wrangler, le Patriot et le Compass.

Deux modèles qui disparaitront un an plus tard, en 2012. Année qui verra également la fin du Cherokee.

En 2013, Jeep lancera naturellement un nouveau Cherokee, ainsi qu’un SUV qui viendra remplacer à la fois le Patriot et le Compass.

Enfin, rien n’est prévu en 2014. La marque disposera alors de quatre modèles, contre cinq aujourd’hui.

Des synergies pour rester compétitif

Ce plan illustre la volonté de Sergio Marchionne de mettre en place des synergies entre les groupes Fiat et Chrysler pour atteindre l’objectif qu’il juge fatidique pour continuer à exister comme acteur international : 6 millions de voitures produites par an. Et c’est évidemment l’objectif qu’il s’est fixé pour 2014. Un objectif ambitieux, difficile, mais qui peut être atteignable.

Cet objectif permettra par ailleurs de doubler la production des usines italiennes pour passer à 1,65 millions d’exemplaires par an, sauvant ainsi des emplois considérés jusqu’à présent par les salariés comme perdus à court terme.

Pour commercialiser ces autos, 1 600 nouveaux points de ventes en Europe seront mis en place, dont 950 pour la marque Chrysler.

Fiat, qui espère être proche de l’équilibre dès cette année, mise pour 2014 sur un bénéfice net de 4,8 à 5 milliards d’euros grâce aux économies d’échelles réalisée par la mutualisation des plateformes et achats entre les marques. Il vise également une croissance de 13,1% par an de son chiffre d’affaire. Objectif final, 93 milliards d’euros quatre ans.

4 commentaires

pyrénaicus 6 juillet 2010 - 10:50

2010-2014, l’ambitieux programme de Fiat
Ma question pourra sembler futile mais j’aimerais savoir quand seront dévoilés les nouveaux modèles de Panda 2011.

J’envisage l’achat d’une cross 4×4 mais si la motorisation ou les équipements doivent évoluer, je peux attendre quelques mois…

Alors si vous avez des infos, je suis preneur.

Cordialement.

P

Répondre
XBF68 23 avril 2010 - 12:30

2010-2014, l’ambitieux programme de Fiat
Pour Cody : T’en fais pas, si ce plan fonctionne, Lancia continuera d’exister et si les ventes ne suivent pas, d’ici là il se passera encore beaucoup de choses. Pour le moment, pas de panique, Lancia continue son chemin et c’est l’essentiel.

Répondre
XBF68 23 avril 2010 - 12:26

2010-2014, l’ambitieux programme de Fiat
Pour Cody : T’en fais pas, si ce plan fonctionne, Lancia continuera d’exister et si les ventes ne suivent pas, d’ici là il se passera encore beaucoup de choses. Alors pour le moment pas de panique Lancia continue son chemin et c’est l’essentiel.

Répondre
Cody 22 avril 2010 - 21:36

2010-2014, l’ambitieux programme de Fiat
Merci pour votre rapidité sur la transmission de ces infos ! !

Néanmoins, je ne peux m’empêcher d’être désolé devant le sort de lancia, que l’on ne sait pas exploiter, que l’on laisse à part…
Si c’est la cinquième roue du carrosse FIAT, que le groupe s’en sépare, et laisse cette marque se développer de façon intéressante ; de cette manière, ils n’ont pas à créer de dilemne pour Lancia/Chrysler comme cela a été fait pour Opel/Vauxhall, et chacun se porte mieux !

Lancia-Chrysler ?
De plus, pensez-vous réellement que ce soit comme cela que les deux marques vont se développer ? Pour garder les choses de manière admirable, il faut que ces deux marques gardent leur personnalité.

Problème financier?
Les ingénieurs peuvent très bien faire de la recherche, et déposer des brevets sur l’écologie, etc., et faire rentrer de l’argent ainsi…
D’autre part, le partage des plateformes résout déjà bon nombre de problèmes d’argent.

Conclusion…
Vous avez compris ma déception, qui est malgré tout mitigée, car le nom Lancia, et une part de l’esprit est sauvé.
Le groupe FIAT est trop gourmand, et se raccroche à des plans plus ou moins bien ficelés.
Lancia et Chrysler auront bien du mal à trouver une synergie commune.
De là, je me pose un certain nombre de questions :
– Les Lancistes seront-ils un jour consultés ? Retrouveront-ils un jour une marque qui mérite leur passion ?
– En quoi une Lancia peut-elle se vanter d’être différente, si elle est rebadgée sous une autre marque ?
– Pourquoi a-t-on laissé, et laisse-t-on sa chance à Alfa, qui a échoué, ou qui n’est plus qu’une façade, alors qu’on joue à la baballe avec la voiture des dirigeants italiens depuis un siècle (voire même de présidents étrangers, c’est dire…) ?

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

Phasellus leo. justo ipsum dictum accumsan