Epreuve écourtée, remportée par Derlot-Tonelli…

0 commentaire

Après un mauvais placement du safety car dans le peloton, le collège des commissaires a entériné le classement à l’issue du 35e tour, Graff Racing héritant de la première place.

Après une qualification ultra disputée, qui avait vu Laurent Pasquali signer la pole pour huit petits millièmes au volant de la Porsche GT3-R/Pro-GT by Almeras, la première course du GT Tour a donné lieu à de beaux duels sur le circuit de Lédenon. Différents leaders se sont succédés en tête de l’épreuve, que ce soit au volant de Porsche GT3-R (Pro-GT, Larbre Compétition), Audi R8 LMS (Team Audi France), Mercedes SLS (Graff Racing) ou encore Ferrari F458 (Team Sofrev-ASP).

C’est finalement Graff Racing qui s’impose avec la Mercedes SLS de Renaud Derlot et Gérard Tonelli. Après délibération, le collège des commissaires a décidé d’entériner le classement avant l’entrée du safety car au 35e tour : « Du fait de la concomitance de la sortie du Safety Car et de l’arrêt des voitures de tête au stand : les premières voitures rattrapant le Safety Car ayant un tour de retard, il en est résulté une situation inéquitable sur le plan sportif par rapport aux concurrents de tête se trouvant de ce fait pénalisés. […]. » 75% de la course n’ayant pas été couvert, 50% des points seront attribués.

Le film de la course

Au départ, Laurent Pasquali (Porsche/Pro-GT by Almeras) conserve le bénéfice de sa pole devant David Hallyday (Audi/Team Audi France) et Gérard Tonelli (Mercedes/Graff). La hiérarchie reste globalement inchangée, même si la bagarre fait rage dans le peloton avec notamment la BMW Z4/Alpina Watches, la Ferrari F458/Sofrev-ASP n°20 et l’Aston Martin DBRS9/LMP Motorsport n°007. Plusieurs groupes d’autos se forment au fil des tours, alors que la Porsche/Larbre Compétition anticipe son premier pit-stop dès le 8e tour.

Après une vingtaine de minutes, le Top 3 est regroupé en cinq dixièmes, tandis qu’un petit train de six voitures se tient en huit secondes ! Hallyday met la pression sur Pasquali, mais part en tête à queue à la demi-heure de course. Cela profite à Tonelli juste avant la première salve des arrêts au stand. A l’issue de cette phase, la Porsche Pro-GT by Almeras n°34 est toujours aux commandes. Mais elle est désormais suivie par une autre GT3-R, celle de Larbre Compétition dont la stratégie est payante. Au volant, Laurent Groppi attaque Anthony Beltoise : le champion en titre obtient gain de cause dans le 30e tour, tout comme Renaud Derlot dans la boucle suivante ! Anthony Beltoise, en difficulté avec ses pneus, cède aussi devant Ludovic Badey.

Il reste moins de 25 minutes lorsque la Porsche/Larbre Compétition, aux commandes, observe son second arrêt obligatoire. C’est alors que le safety car entre en piste, une Lamborghini étant sortie de la piste dans la courbe de « La Carrierrasse ». Tandis que le leader est bloqué derrière la voiture de sécurité, certains concurrents en profitent pour ravitailler et le classement se trouve bouleversé : au restart, quatre tours plus tard, la Ferrari F458 de Ludovic Badey mène devant la Mercedes SLS de Renaud Derlot, bientôt dépassée par l’Audi d’Ortelli. La seconde Mercedes, pilotée par Olivier Panis, et l’Audi/Saintéloc de Grégory Guilvert complètent le Top Five.

Badey passera la ligne d’arrivée en premier, avant d’écoper d’un stop&go pour non respect du temps imparti dans la pitlane. Et le collège des commissaires décidera finalement de prendre le classement avant l’entrée du safety car.

Renaud Derlot et Gérard Tonelli héritent donc de la victoire à bord de la Mercedes SLS du Graff Racing. Ils devancent la Porsche Larbre Compétition des champions en titre Laurent Groppi et Patrick Bornhauser, et la GT3-R Pro-GT by Almeras de Anthony Beltoise et Laurent Pasquali. Les Audi R8 LMS du Team Audi France (Ortelli/Hallyday) et Saintéloc (Guilvert/Tardif) complètent le quinté.

Gentlemen Trophy

Auteur d’une excellente qualification, Roland Bervillé a pris la tête dès les premiers tours, figurant régulièrement dans le Top Ten au général. Son coéquipier, Jean-Pierre Champeau a parfaitement pris le relais, le duo de Sport Garage dominant son sujet. La Lamborghini JSB Compétition de Patrice Madeleine et Florent Priez termine deuxième devant une autre Gallardo, celle de ASP Compétition (Buffin/Ullmann) qui a pourtant écopé d’un drive-thru.

++++

Déclarations

Renaud Derlot, 1er Course 1 (Mercedes/Graff Racing) : « Gérard (Tonelli) m’a rendu l’auto avec de bons pneus. En revanche, je savais que nous avions des problèmes de freins. C’était donc assez compliqué. J’ai essayé de gérer. Pour l’instant, la découverte de la Mercedes SLS se passe très bien. Elle est engagée dans l’une des meilleures équipes, avec le support d’AMG. Cela nous aide beaucoup : l’approche est très professionnelle. »

Laurent Groppi, 2e Course 1 (Porsche/Larbre Compétition) : « Nous partions 7e, donc nous avons décalé notre stratégie. Je pense que cela aurait pu encore mieux fonctionner sans un problème de manomètre : j’étais en délicatesse avec les pneus arrières. Nous marquons de gros points, ce qui est positif, et, avec Patrick (Bornhauser), nous montrons que nous sommes costauds. Il nous faut encore gagner en performance pure, mais ce n’est pas simple de trouver les bons réglages à la fois pour la qualif’ et la course. »

Anthony Beltoise, 3e Course 1 (Porsche/Pro-GT by Almeras) : « Laurent (Pasquali) a très bien roulé donc le team l’a laissé en piste. Pour ma part, j’avais le pneu avant gauche usé et j’en ai souffert. Après le deuxième arrêt, ça allait bien mieux. Globalement, nous sommes contents : nous visions un Top 5, nous avons un Top 3 ! Je suis heureux pour le team. Si on peut faire ce genre de résultat à chaque fois, nous serons bien à la fin du championnat. »

Roland Bervillé, Vainqueurs Course 1 Gentlemen Trophy : « C’est une grande satisfaction. Nous avons accompli notre première mission : il faudra faire aussi bien lors de la Course 2, où nous suivrons une stratégie plus agressive. Je suis parti 9e et je me suis un peu laissé distancer au départ. De la 13e place, je suis ensuite revenu au 8e rang. Les chronos étaient bons puisque je suis à une seconde du meilleur tour. »

Jean-Pierre Champeau , Vainqueur Course 1 Gentlemen Trophy : « Notre présence ici est un one-shot. Mon petit fils roule en Championnat de France F4 et je crois que je ne voulais pas voir ça (rire) ! Plus sérieusement, tout s’est bien passé. Nous aurions voulu intégrer le Top 10 ; nous finissons à la onzième place. J’espère que ce sera pour demain ! »

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

id mattis ut porta. fringilla ante. leo. suscipit