Nouvelle donne… Une Audi R8 devant deux Ferrari F430 !

0 commentaire

Deuxième escale du Championnat de France FFSA GT, Lédenon accueille ce week-end la Super Série FFSA. Même si le ciel est voilé, le soleil et la chaleur sont bien au rendez-vous.
Température élevée sur la piste et sous les casques. Au terme d’une course à rebondissements, l’Audi R8 Oreca de Soheil Ayari et Bruno Hernandez décroche la victoire devant les deux Ferrari F430 du Luxury Racing. Jean-Philippe Dayraut et Christopher Campbell se classent deuxièmes devant leurs équipiers Fred Mackowiecki et François Jakubowski. Beaucoup d’animation également en Gentlemen Trophy… Gilles Vannelet et Georges Cabanne sur la Lamborghini Gallardo offrent la victoire au Ruffier Racing en terminant devant la Porsche 997 Nourry Compétition de David Loger et Eric Mouez et la deuxième Lamborghini du Ruffier Racing pilotée par Romain Brandela et Thierry Prignaud.

Auteur de la pole sur la Ferrari F430 du Team Luxury Racing, Christopher Campbell s’envole dès le passage des feux au vert. Dans son sillage, David Hallyday sur l’Audi R8 Oreca et Stéphane Lemeret, bondissant comme un diable depuis la 7ème place, sur l’Audi R8 WRT, tentent de lui emboiter le pas. D’ailleurs, Stéphane Lemeret sera sanctionné par un drive through pour départ

Du côté du Gentlemen Trophy, Arthur Bleynie prend les choses en main au volant de la Lamborghini Gallardo du Ruffier Racing, mais victime d’une touchette, il se verra présenter le drapeau noir et orange pour perte d’un élément de carrosserie et devra passer par les stands pour décrocher le pare-choc endommagé.

Dans la meute, les explications vont bon train. Arnaud Peyroles et Jean-Claude Police usent de toutes les ruses et finalement, dans le triple gauche, la Corvette Z06 du DKR parvient à passer. Gérard Tonelli sur la Corvette du Graff Racing, placé en embuscade en 6ème position met quant à lui la pression sur Bruno Hernandez sur la deuxième Audi R8 Oreca. Mais c’est François Jakubowski sur la F 430 du GT Luxury Racing qui finit par surprendre Gérard Tonelli et le passe dans le gauche après la ligne droite des stands.

Chez les « Gentlemen », trois Lamborghini Gallardo sont en tête. Romain Brandela (Ruffier Racing) a désormais pris le commandement devant son équipier Georges Cabanne et Patrice Madelaine (JSB Compétition).

Aux avant-postes, David Hallyday lâche les chevaux, aligne les chronos (pilote le plus rapide dans le célèbre triple gauche de Lédenon !) et tente de revenir sur Campbell, alors largement en tête avec plus de 7 secondes d’avance.

Julien Rodrigues sur la Ferrari F430 Luxury Racing s’empare de la 3ème position alors qu’Eric Debard, sur la Corvette DKR, occupe la 10ème place. Malheureusement, au 12ème tour, le pilote de la Corvette au prise avec sa boite de vitesse commettra une erreur au virage du pont, partira en tête-à-queue et perdra de précieuses secondes. Après plusieurs attaques sur Gaël Lesoudier (Morgan JAB Racing), Paul Lamic sur la Viper du Team GCR Mediaco prend l’ascendant sur son adversaire. Fabien Barthez, sur la deuxième Viper GCR Mediaco fera de même, au même endroit, en s’emparant du même coup de la 14ème place. Les esprits s’échauffent, derrière Gérard Tonelli, Arnaud Peyroles et Wilfried Mérafina font le forcing tandis que sur l’Aston Martin DBRS9, Nicolas Tardif s’offre une excursion dans le mur de pneus.

Au terme de cette première demi-heure de course, le bal des changements de pilotes est ouvert. Stéphane Ortelli sur l’Audi R8 Oreca ressort des stands en tête, suivi de près par un Jean-Philippe Dayraut survolté qui effectue des dépassements impressionnants sur quelques retardataires. Mais en essayant de contenir son adversaire, Stéphane Ortelli aura moins de chance, percuté, bien involontairement, par Florent Priez, placé en queue de peloton. L’abandon est inévitable et tout espoir de victoire s’envole. Pas de chance non plus pour Laurent Cazenave sur la Corvette DKR qui regagne les stands, porte moyeu avant cassé. Abandon également pour l’Aston Martin LMP Motorsport de Demoustier-Guilvert, transmission cassée.

Désormais, la Ferrari F430 Luxury Racing mène le bal devant l’Audi R8 Oreca de Soheil Ayari et la Corvette Z06 Graff Racing de Julien Canal. Renaud Derlot, équipier de Julien Canal est quatrième juste devant l’incisif Fred Makowiecki sur la Ferrari F430.

Soheil Ayari ne compte pas en rester là et remonte avec détermination sur Jean-Philippe Dayraut. A 14 minutes du drapeau à damier, une ultime attaque au virage du pont finit par payer. Soheil Ayari s’empare de la tête pour ne plus la lâcher.

Dans le Gentlemen Trophy, la Lamborghini de Gilles Vannelet (Ruffier Racing) prend la tête devant la Porsche Nourry Compétition de David Loger, auteur d’une belle remontée. Thierry Prignaud (Ruffier Racing) complète le trio.

Coup de théâtre au 32ème tour, Julien Canal, occupant la troisième place est au ralenti…transmission cassée. Pour les débuts de la Lamborghini JSB Compétition, et au terme d’une brillante remontée, Julien Briché accroche une belle sixième place. Pour la 9ème position, alors qu’il ne reste que trois minutes de course, la bagarre fait toujours rage. Kurt Mollekens sur l’Audi R8 WRT prend finalement le meilleur sur Fred Gabillon au volant de la Viper GCR Mediaco. Moins chanceux, son équipier dans le Team GCR Mediaco, Morgan Moullin-Traffort devra renoncer sur crevaison à la un tour de l’arrivée.

Au terme d’une course palpitante, l’Audi R8 du team Oreca, pilotée par Soheil Ayari et Bruno Hernandez s’impose. Les deux Ferrari F430 Luxury Racing s’emparent des deuxième et troisième places avec respectivement Jean-Philippe Dayraut-Christopher Campbell et Fred Mackowiecki – François Jakubowski. Nouvelle donne au classement général provisoire du
Championnat…

Victoire du Ruffier Racing en gentlemen Trophy avec la paire Gilles Vannelet-Georges Cabanne devant la Porsche de David Loger-Eric Mouez. La Lamborghini Gallardo Ruffier racing de Thierry Prignaud et Romain Brandela monte sur la troisième marche de ce podium.

++++

Ils ont dit

Vainqueurs: Bruno HERNANDEZ – Soheil AYARI – Team ORECA – AUDI R8 LMS
Bruno Hernandez

« Le début de course était un peu difficile. Je me suis fais un peu tasser au départ et j’ai perdu 3 places sur le premier tour. Ensuite, j’ai surtout pensé à préserver mes pneus. Sur la fin de mon relais, la voiture se dégradait mais sans doute un peu moins que les autres, ce qui m’a permis de revenir et de donner la voiture en 4ème position à Soheil. »

Soheil Ayari
« Je ne me suis pas trop posé de questions, j’ai attaqué et je suis remonté petit à petit…J’ai peut-être été un peu chanceux parfois, mais il faut l’être pour gagner des courses! J’ai fait bon job! »

2èmes – Christopher CAMPBELL – Jean-Philippe DAYRAUT – LUXURY RACING – Ferrari F430
Christopher Campbell

« J’étais assez anxieux car ce circuit ne me réussit pas vraiment. Je ne me souviens même plus de mon dernier podium ici… J’ai pris un départ de rêve et ensuite je me suis appliqué à surtout ne pas dégrader mes pneus, tout en essayant de creuser un peu l’écart afin de donner une avance suffisante à Jean-Philippe.

Je félicite surtout Jean-Philippe car ces trois dernières années, j’étais à sa place en tant que pilote A et je sais combien les 37 minutes sont parfois très longues quand la voiture se dégrade. Luxury Racing, est une nouvelle équipe mais avec des personnes expérimentées aux postes clés de l’écurie. Je souhaite que ce résultat soit de bon augure pour la suite du championnat. »

Jean-Philippe Dayraut
« Ce fut aujourd’hui très difficile, beaucoup plus dur qu’aux essais car la voiture s’est dégradée d’un coup. Tout le monde revenait sur moi et je ne savais pas trop comment cela allait se terminer. Christopher est bien parti et m’a donné la voiture avec un peu d’avance. Puis, il y a eu une belle bagarre avec Ortelli, pendant 5/6 tours, il me bloquait un peu mais
ma voiture fonctionnait bien en début de relais. Nous nous sommes bien battus, c’était très sympa! Et puis la voiture, d’un coup, comme à Nogaro, s’est dégradée. J’ai bien failli me sortir une dizaine de fois. Alors, je n’ai pas voulu résister à Soheil car il était bien plus rapide. »

3èmes – François JAKUBOWSKI – Fred MACKOWIECKI – LUXURY RACING – Ferrari F430
François Jakubowski

« Je voudrais féliciter Fred car il a fait une course extraordinaire. D’autant plus que nous avons perdu beaucoup de temps au changement de pilote. Cette troisième place c’est vraiment lui qui l’a construite, donc bravo Fred, et à toute l’équipe aussi. Nous avons eu beaucoup de difficultés à Nogaro. Les voitures furent prêtes un peu tardivement, et là sommes vraiment très heureux de faire 2 et 3 sur cette manifestation. J’espère que demain nous ferons un petit peu mieux… »

Fred Mackowiecki
« Le changement de pilote, c’est toujours un peu délicat… et là, nous avons perdu un peu de temps. C’est dommage car notre équipe nous a fait une voiture très performante et très constante du début à la fin. C’était notre force aujourd’hui et j’espère que demain nous pourrons concrétiser. »

GENTLEMEN TROPHY
Vainqueurs : Georges CABANNE – Gilles VANNELET – Ruffier Racing – Lamborghini Gallardo
Georges Cabanne

« Le départ s’est bien passé, mais la course était un peu difficile car je n’ai pas trop trop la forme. J’ai un très bon équipier alors c’était parfait! »

Gilles Vannelet
« Georges m’a laissé une voiture parfaite. J’ai roulé régulièrement et le résultat est là! »

Deuxièmes : Eric MOUEZ – David LOGER – Nourry Compétition – Porsche 997 S
Eric Mouez

« Ce fut une course très sympa avec les Lamborghini. J’avais pris un peu de retard mais David a fait un super relais pour avoir la deuxième place. La voiture était parfaite, aucun problème. »

David Loger
« Pour moi, ce fut un peu plus compliqué vers la fin car j’ai beaucoup attaqué pour remonter, avec le Lamborghini en point de mire. Mais j’ai quand même réussi à passer… »

Troisièmes : Romain BRANDELA – Thierry PRIGNAUD – Ruffier Racing – Lamborghini Gallardo
Romain Brandela

« Départ compliqué… notamment avec une Aston, qui m’a tapé plusieurs fois, j’ai l’impression parfois d’être en karting…La course s’est bien passée bien que la voiture se soit beaucoup dégradée. Thierry a eu du mérite car elle était très compliquée à conduire en fin de relais. »

Thierry Prignaud
« Après Nogaro, nous voulions un podium pour remettre du positif. Nous sommes en phase d’apprentissage, la Lamborghini par rapport à la BMW, c’est autre chose… »

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

amet, eget Donec felis odio Praesent quis Aliquam in dolor.