500 Abarth Esseesse

par Vincent Royer
0 commentaire

[vc_row][vc_column][vc_empty_space height=”50px”][vc_column_text]

Pour ceux qui trouvent la 500 Abarth encore trop fade, le kit Esseesse vient optimiser ses performances. Sous le capot de cette petite bombe, pas moins de 160 chevaux !

Déjà survitaminée, la 500 Abarth devient carrément rageuse avec ce kit optionnel dénommé Esseesse pour Super Sport. Véritablement fidèle à l’esprit du préparateur Carlo Abarth, ce kit permet d’améliorer les performances de la 500 Abarth grâce à l’utilisation de pièces et de réglages encore plus optimisés.

Un kit optionnel qui ne peut être installé qu’au cours de la première année suivant la mise en circulation de l’auto et dans la limite de 20 000 kms parcourus. Seuls les 14 concessionnaires du réseau Abarth peuvent le commercialiser et le monter en France. Il faut dire qu’outre les pièces, le kit comprend aussi la main d’œuvre et la réhomologation à titre isolé de la voiture ainsi modifiée. Moyennant 3100 euros et 5 heures d’attente, nécessaires au montage du kit, vous pourrez repartir au volant d’une voiture entièrement revue et garantie par le constructeur.

C’est dans la boite !

Livré dans une caisse en bois numérotée comme à la belle époque, ce kit performance comprend de nombreux éléments : un filtre à air BMC à plus gros débit, une reprogrammation de la centrale qui permet de gagner 25 ch, des disques de freins perforés à l’avant comme à l’arrière, des plaquettes de frein avant dites hautes performances, des ressorts spécifiques à l’avant comme à l’arrière, plus fermes et plus courts de 10 mm, un système de contrôle de pression des pneus, et des jantes en alliage léger blanches ou titanes de 17’’ chaussées de Pirelli PZero en 205/40 ZR 17.

Extérieurement, la 500 Abarth Esseesse ne se distingue d’ailleurs de l’Abarth classique que par ses roues et le logo Esseesse sur le hayon arrière.

Pour le reste, on retrouve les logos Abarth omniprésents en remplacement du logo Fiat, les deux sorties d’échappement chromées, l’imposant becquet arrière ou bien encore les proéminents boucliers.

Un habitacle préservé

Pas de changement non plus dans l’habitacle. On retrouve la sympathique planche de bord de la 500 et ses couleurs reprenant celle de la carrosserie. Le volant en cuir avec les commandes de la radio, le pédalier sport ou bien encore les sièges type baquet à appui-tête intégré sont également inchangés.

Le manomètre de pression du turbo est lui aussi toujours à gauche du tableau de bord. Mais puisque l’on retrouve les qualités de la 500 Abarth, on retrouve aussi ses défauts. Et bien que la 500 affiche un souci du détail rarement vu au sein du groupe Fiat, certains plastiques dénotent encore tout comme certains ajustements. On regrette aussi que seul le siège passager soit à mémoire. Le conducteur devra refaire ses réglages à chaque bascule pour retrouver sa position de conduite optimale.

Des performances pour un plaisir maximum…

Mais une fois trouvée, place au plaisir ! Plaisir des oreilles tout d’abord. Le bloc essence 1.4 turbo ronronne et fait tourner les têtes sur son passage. Affichant 160 ch, la 500 Abarth Esseesse passe de 0 à 100 km/h en 7,4 s, soit 5 dixièmes de mieux que l’Abarth classique. Elle gagne également 6 km/h en vitesse de pointe à 211 km/h. La pression du turbo culmine toujours à 1.2 bar mais le couple, lui, progresse pour atteindre 230 Nm à 3000 tr/mn en mode sport. Cerise sur le gâteau, ce gain de performances ne se fait pas au détriment du poids, de la consommation ou des émissions de CO2 puisque ceux-ci restent identiques à la version non kitée. Seule la puissance fiscale évolue, passant de 8 à 9 ch.

Au volant, ce qui marque immédiatement, c’est la dureté des suspensions. La moindre petite aspérité de la route est ressentie. Trop ressentie.

Vivant, performant, le 4 cylindres turbo réagi à la moindre sollicitation. Tout comme les freins, étonnamment puissants et endurants. La direction est à la hauteur, suffisamment précise grâce au mode Sport qui vient la durcir.

On regrette le contrôle de stabilité ESP, non déconnectable, même s’il n’est pas trop intrusif. Tout l’inverse du système d’enclenchement automatique des feux de détresse en cas de freinage d’urgence. Il se déclenche à chaque freinage un peu appuyé, transformant la voiture en sapin de Noël.

…gaché par des suspensions sans confort

Sur route sinueuse, la 500 est agile et se place parfaitement. Ses réactions sont vives et sûres. Le TTC, Torque Transfer Control, sorte d’autobloquant électronique, ne parvient cependant pas à corriger une très légère tendance au sous-virage.

Le plaisir est malgré tout gâché par les suspensions. Conduire la 500 Esseesse sur ce type de route est pour le moins éprouvant. La voiture sera plus agréable sur bon revêtement, voir idéalement sur circuit.

A l’heure du bilan, bien équipée de série, cette 500 kitée s’affiche à 21 600 euros. Cela paraît cher mais c’est moins que sa grande rivale, la Mini Cooper S. Et pour ceux qui voudraient rester discrets, notons que ce prix ne comprend pas les bandes rouges Abarth sur les côtés. Elles ne sont proposées qu’en option.

 

[wp-review id=”2816″]

 

Tarif et options

Modèle et optionsTarif au 6 mai 2009
Abarth 50018 500 €
Kit esthétique Abarth
– Stickers latéraux Abarth rouges
– Rétroviseurs extérieurs rouges
300 €
Prédisposition pour Blue&Me Map Abarth100 €
Kit Esseesse3 100 €
Modèle essayé22 000 €

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

ut Donec mattis tempus id lectus