Lancia Delta 1.9 Multijet Twinturbo 190 ch Di Lusso

par Vincent Royer
3 commentaires

Un an après sa commercialisation, la Lancia Delta reçoit de nouvelles motorisations, dont le diesel Multijet 1.9 Twinturbo de 200 ch. Puissance tout en souplesse au programme.

Classe, élégance, sobriété des lignes, la Lancia Delta est une voiture hors normes. Charmeuse au look osé, on l’aime ou on la déteste, mais on ne reste pas indifférent. Luxueuse et exclusive, la Delta fait partie de ces rares voitures que l’on remarque encore dans la rue. Il faut dire qu’avec un objectif de seulement 2500 ventes par année pleine en France, la Delta est exclusive aussi par la faible probabilité d’en croiser une sur sa route. Et pourtant, il n’aura fallu que quelques mois à cette nouvelle Delta pour devenir le modèle le plus vendu de la marque. Un modèle qui se distingue aussi par son respect de l’environnement. 97% des modèles vendus depuis sa commercialisation il y a un an étaient éligibles au bonus écologique ou non pénalisés. Autre motif de satisfaction pour Lancia, 80% des Delta vendues l’ont été en finition haut de gamme. Alors quels sont les atouts séduction de la Delta, et les nouveautés de la gamme 2009 vont-elles permettent à Lancia de continuer sa reconquête du marché français ?

Une esthétique osée

Premier atout, le look. Osé, et ne manquant pas de personnalité, il attire l’œil des passants sur des volumes généreux. L’imposante calandre domine l’avant, à la fois classique et très moderne, comme le souligne la présence de deux rangées de LED sous les phares. De profil, une nervure centrale relie l’avant à l’arrière de la Delta, renforçant l’aspect dynamique des ailes musclées et des surfaces vitrées aux formes très travaillées. Des vitres, fumées à l’arrière, et dont les montants noirs ajoutent encore à la personnalité de la Delta.

Mais la partie la plus audacieuse est certainement l’arrière avec ses optiques à LED venant terminer la musculature des ailes. Le hayon est principalement constitué de verre et un petit becquet intégrant le troisième feu stop vient chapoter l’ensemble.

La peinture bicolore et la double sortie d’échappement sont de série sur notre finition Di Lusso.

Mais l’atout esthétique de cette Lancia engendre aussi son premier point faible, une inadaptation totale à la ville avec une absence pure et simple de protection de sa carrosserie, notamment à l’avant où la calandre fera directement office de pare-chocs.

Un habitacle généreux

Deuxième atout charme, à mi-chemin entre une compacte et une familiale, la Delta offre à l’intérieur la générosité promise à l’extérieur. L’habitacle est spacieux et accueillant avec une sellerie en cuir pleine fleur Poltrona Frau de série en finition Di Lusso.

Mais se sont les passagers arrière qui profiteront le plus de l’espace de la Delta grâce à une banquette rabattable 1/3-2/3 mais surtout, coulissante. Elle permet de favoriser au choix l’espace aux jambes ou le volume du coffre, compris entre 380 et 465 dm3.

Un coffre qui ne se révèlera cependant pas pratique, son seuil de chargement étant placé trop haut. De même, le confort général de la Delta est gâché par des sièges trop durs et manquants de relief au détriment du maintien latéral, trop juste.

Comme il se doit sur une Lancia, l’équipement est pléthorique avec de série sur notre finition Di Lusso la climatisation automatique bizone, l’ordinateur de bord à affichage multifonction, les capteurs de pluie, de luminosité et de recul, le toit ouvrant vitré panoramique et le système infotélématique Blue&Me avec système de navigation par satellite Instant Nav, infotrafic et écran couleur de 6,5’’.

Là encore l’ensemble serait idyllique si de petits détails ne venaient pas semer le trouble, comme certains plastiques peu séduisants ou les ceintures de sécurité non réglables en hauteur.

Puissance et souplesse

Des déceptions que fait vite oublier le nouveau moteur diesel Multijet Twinturbo de 190 ch. Dérivé du bien connu 1.9 Multijet, il est tout simplement le plus puissant de sa catégorie avec pas moins de 100 ch/l ! Une puissance disponible quasi instantanément quelque soit le régime moteur grâce à l’utilisation de deux turbos. Un petit qui intervient sous les 1500 tr/mn, et un gros qui intervient au-dessus de 3000 tr/mn. Entre les deux, les deux turbos fonctionnent ensemble. La Delta dispose ainsi de 400 Nm de couple à 2000 tr/mn, mais 300 Nm sont déjà disponibles dès 1250 tr/mn.

Du coup, c’est tout en souplesse et en douceur que se conduit cette Delta. Nous sommes bien loin du caractère sportif des ancêtres Delta Integrale. D’autant plus que la boite 6 manuelle est optimisée pour la consommation et les émissions de CO2. La sixième est par conséquent excessivement longue.

Mais l’objectif environnemental est atteint. Ainsi équipée, et malgré ses 190 ch, la Delta échappe au malus écologique avec 149 g/km de CO2 rejeté. Sa consommation reste aussi mesurée, même si les 5,7 l/100 km en cycle mixte annoncés par Lancia se sont plutôt approchés des 7 l durant notre essai.

Le train avant absorbe parfaitement les 190 ch, mais la direction manque un peu de réactivité. Et si l’équilibre général est bon, la voiture ne se montrera pas très agile lors de changements d’appuis.

Sûre et innovante

La Delta n’en est pas moins sûre pour autant. Surtout qu’elle dispose de 7 airbags et de tous les équipements de sécurité actuels de série. La Delta va même plus loin avec quelques nouveautés en 2009, comme des suspensions électronique à amortissement variable, un système de correction de franchissement de ligne, le Driving Advisor, ou bien encore le Magic Parking, système d’aide au parking semi-automatique.

Une fois activé, le Magic Parking va automatiquement repérer une place capable d’accueillir la Delta grâce à des capteurs radars. Avertisseur sonore et écran de contrôle préviennent alors le conducteur qui n’a plus qu’à s’arrêter, passer la marche arrière et contrôler le frein et l’accélérateur. Le système prend en charge la manœuvre, le volant tournant tout seul. Malheureusement, le Magic Parking a un inconvénient, de taille, il nécessite une marge de 65 cm devant et derrière la voiture, soit 130 cm au total. Une marge confortable qui du coup réduit considérablement l’intérêt du système.

Tarif et options

Modèle et optionsTarif au 1er juillet 2009
Lancia Delta 1.9 Multijet Twinturbo 190 ch DPF Di Lusso33 800 €
Système de correction du franchissement de ligne Driving Advisor500 €
Modèle essayé34 300 €
DSC_2616-4.jpgDSC_2619-7.jpgDSC_2620-5.jpgDSC_2623-4.jpgDSC_2628-6.jpgDSC_2629-6.jpgDSC_2632-8.jpgDSC_2634-5.jpgDSC_2636-6.jpgDSC_2639-3.jpgDSC_2646-4.jpgDSC_2653-4.jpgDSC_2654-3.jpgDSC_2666-4.jpgDSC_2669-4.jpgDSC_2678-5.jpgDSC_2681-4.jpgDSC_2685-5.jpgDSC_2690-4.jpg

3 commentaires

dos santos jose 2 mars 2012 - 22:07

Lancia Delta 1.9 Multijet Twinturbo 190 ch Di Lusso
Salut tous l monde c message pour donne mon avis sur cette lancia twin turbo . Et bien c l top et l personne ki vous dise l contraire c kil non jamais conduit cette voiture ou kil ni connaisse rien o voiture . Ma version est la platino et j peut vous dire ke cette version est déjà super équipé et ke l allemande non rien d plus . Et l moteur est fabuleux et en plus vous laissé la plus part d. C fameuse allemande derrière vous et dans 1 douceur très appréciable . Alors foncé si vous voule 1 voiture superbe et kon n voit pas partout. Et pour celui ki à sauté l pas bien venu dans l monde LANCIA

Répondre
xbf68 1 décembre 2009 - 11:14

Lancia 1.9 Multijet Twinturbo 190 ch Di Lusso
Belle voiture, bon moteur, bon equipement, ma prochaine voiture (tout est dit). J’ai longuement observé le modèle Di Lusso en concession et la qualité à l’interieur du véhicule était plus que satisfaisante. Moi en tout cas je suis convaincu pour la qualité.

Répondre
rosso&nero 11 novembre 2009 - 11:12

Lancia 1.9 Multijet Twinturbo 190 ch Di Lusso
Je possède cette beauté en Platino bicolore comme celle sur vos fotos. Motorisation 2.0 Multijet/165 ch. J’ai roulé 6500 km jusqu’à présent, resp. 1/3 autoroute, ville, route: moyenne de consommation 6.3l/100km. Tenue de route impeccable.

Le confort et l’équipement? Imbattables: j’ai roulé 1000+ km d’un trait sans fatigue de dos ou autre.

Pourquoi les journalistes des divers magazines automobiles s’obstinent à la mettre en concurrence avec une GOLF, une BMW1 ou la SEAT Leon m’échappte totalement.

Ils ne disposent pas d’un simple mètre rien que pour prendre les mesures extérieures? Alors pour les moteurs, la technologie multijet, bientôt multi-air, ils n’ont rien compris? La suspension électronique en option, idem.

Ceci dit, c’est leur problème, après tout.

Quelques conseils aux intéressés: si vous le pouvez, testez toutes les variantes à votre disposition. Personnellement, j’ai choisi le moteur 165ch, les jantes 17″ et le “Magic Parking”. En soi, ce dernier est un gag, mais là où ça aide vraiment, c’est de disposer des détecteurs avant, côté et arrière. Les 500€ sont bien investis pour les parkings étroits, les poteaux bas qu’on ne voit pas, les piétons et cyclistes qui se faufilent constamment et c’est bien moins cher que de faire repeindre la tôle et devoir mettre la voiture à l’arrêt pdt quelques jours.

Un dernier conseil avant l’achat: si vous hésitez entre cette voiture et celle d’une autre marque, prenez la fiche technique et des équipements, rendez-vous sur le site du ‘car-configurator’ de l’autre modèle et équipez-le exactement comme ce que vous aurez en achetant une Delta.

Comparez.

Une dernière chose: la qualité des matériaux utilisés et la finition des travaux d’équipement ne laissent rien à désirer. Agréable surprise!

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

sem, venenatis, consequat. Aliquam dictum ante. commodo