Panda MultiEco, pour rouler à l’économie

par Vincent Royer
0 commentaire

Economie, écologie, des termes récurrents dans le milieu automobile actuel. Une fois de plus Fiat propose une alternative aux moteurs et véhicules du marché. Une alternative sous forme de show-car.

Après la Panda Hydrogen présentée en février dernier, la Panda Natural Power à bi-carburation gaz naturel/essence, qui sera commercialisée à la fin de l’année, Fiat présente aujourd’hui un nouveau concept, toujours sur base de Panda, la Panda MultiEco.

A travers lui, Fiat a voulu pousser au maximum la solution de la double alimentation. On retrouve donc sous le capot un petit moteur Fire qui fonctionne au gaz naturel et à l’essence. Il est accouplé à une boîte de vitesses MTA -Manual Transmission Automated- et à un dispositif BAS -Belt-driven Alternator-Starter.

Concrètement, le BAS joue le rôle à la fois de générateur électrique et de démarreur. Il facilite les démarrages et rend la production de puissance électrique plus efficace. De son côté, la boîte MTA est une boite de vitesses à transmission automatisée. Grâce à l’embrayage, le système désaccouple le moteur thermique de la transmission à chaque fois qu’il n’y a pas de traction et que le moteur peut-être coupé. Le redémarrage s’effectue grâce au système BAS qui remplace alors l’alternateur sur la courroie.

63% d’économie au kilomètre !

Mais la Panda MultiEco va encore plus loin. Au plan aérodynamique, son Cx a été amélioré et affiche une valeur de 0,295. Ses pneus sont « ultra-écologiques » grâce à une faible résistance au roulement. Le poids a été réduit de 92 kg par rapport à la Panda Natural Power. Pour cela, Fiat a fait appel à des matériaux thermoplastiques pour le capot moteur et le hayon, à des sièges « allégés » et des bouteilles de gaz naturel en acier hautes performances et fibre de carbone. Pour la carrosserie et l’habitacle, les matériaux retenus sont soit recyclés, soit recyclables, soit d’origine naturelle.

Enfin, les deux bouteilles de gaz sont logées l’une longitudinalement dans le tunnel central, l’autre transversalement sous le plancher arrière. Elles garantissent une autonomie de plus de 350 km sans restreindre le coffre ou l’habitacle.

Par rapport à la version essence, les émissions de CO2 sont réduites de 32 à 42%, soit à 90 g/km. Quant au coût kilométrique, il baisse de 63% grâce à l’utilisation de gaz naturel et à la faible consommation de l’auto. Avec son look futuriste, la Panda MultiEco aurait de nombreux arguments pour s’imposer sur le marché. Du moins dans les pays où le gaz naturel automobile est répandu. Ce qui n’est pas encore le cas de la France.

DSC_2633-2.jpgDSC_2634-3.jpgDSC_2635-3.jpgDSC_2636-3.jpgDSC_2637-3.jpgDSC_2638-3.jpgDSC_2640-2.jpgDSC_2641-3.jpgDSC_2642-2.jpgDSC_2645-2.jpgDSC_2646-2.jpgDSC_2647-2.jpgDSC_2648-2.jpgDSC_2649-2.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

Aenean ipsum in dolor id vulputate, nunc Nullam commodo risus