Fiat Bravo, lancement romain !

par Vincent Royer
0 commentaire

Voiture essentielle dans la stratégie de Fiat, la nouvelle Bravo a été révélée à la presse internationale hier soir dans le cadre spectaculaire du stade des Marbres à Rome.

« Le cirque, c’est un défi de tous les jours, explique Luca Di Meo, le responsable de Fiat. C’est le fruit de sacrifices, de talents, de créativité, d’entrainement, de dévouement, de professionnalisme, de passion, de travail d’équipe, de magie sans trucage, de rêve, et non d’illusion. Tout comme le projet de développement d’une voiture : des mois de travail, des centaines de personnes impliquées, un investissement de plusieurs millions d’euros. Un mécanisme parfait, pour un spectacle qui ne laisse aucune place à l’artifice et qui ne pardonne pas la moindre distraction. Dès le départ, tout doit fonctionner, année après année, tournée après tournée. »

Nous sommes à Rome ce 30 janvier. Devant un parterre de 3000 représentants de la presse internationale et des concessionnaires italiens, le président de la marque lance le spectacle qui précède la présentation de la nouvelle Fiat Bravo. Dans ce chapiteau géant installé dans l’enceinte du stade des Marbres, les artistes du Cirque du Soleil défilent depuis le début de la soirée, présentant des numéros tous plus spectaculaires les uns que les autres. L’ambiance fait rêver. Beauté, sportivité, les athlètes du Cirque du Soleil ne se contentent pas d’illusion. Leurs numéros contiennent aussi de la poésie, des histoires.

Autant d’éléments que Fiat a voulu intégrer dans sa nouvelle berline. « La nouvelle Bravo correspond exactement à ce que le public attend d’une voiture italienne. Une voiture belle, sportive, mais qui a aussi de la substance », lâche dans une envolée lyrique Luca di Meo.

Le moment est important pour Fiat qui voit dans cette voiture un élément essentiel de sa stratégie de reconquête du marché. Il faut dire que ce segment est le plus important du marché européen. En 2006, il a représenté pas moins de 3 400 000 véhicules, soit un cinquième du marché automobile européen total. Et Fiat, fort du succès de sa Grande Punto, dont la Bravo est très proche esthétiquement, veut se positionner dans les acteurs de premier plan. Face à la trentaine de concurrentes existantes, la Stilo avait échoué. Le défi est donc de taille. « La Bravo est la voiture qui consolide la nouvelle stratégie de Fiat », relance Luca di Meo, décidément très en verve.

A la fin de la soirée, les bâches posées sur le chapiteau sont retirées, révélant une structure transparente. A l’extérieur, le stade s’enflamme. La musique monte. Les Bravo apparaissent, les unes derrière les autres, dans un défilé ininterrompu devant des statues hellénisantes. Un feu d’artifice les accompagne. Puis quelques exemplaires font leur apparition à l’intérieur des chapiteaux, tirés par les artistes, à la manière des chars romains.

Les voitures sont toutes de la même teinte, le rouge Maranello, hommage au symbole par excellence de la tradition automobile italienne, Ferrari. Clin d’œil aussi au nouveau logo introduit justement sur cette Bravo, et dont le fond est rouge rubis. Et si finalement cette Fiat était tout simplement le nouveau rubis de Fiat ? Celui qui permettra au constructeur de poursuivre sa remontée ? Verdict dans quelques semaines.

DSC_1622-3.jpgDSC_1629-2.jpgbravo-1.jpgbravo-2.jpgbravo-3.jpgbravo-5.jpgbravo-6.jpgbravo-2007-Rome-Cli.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

lectus dapibus odio elit. id, quis Phasellus amet,