Flasher en Ferrari

par Vincent Royer

Fruit du partenariat entre la Scuderia Ferrari et Olympus, le Ferrari Digital Model 2004 est un appareil photo numérique exclusif au look ravageur.

Tout commence il y a deux ans, en mars 2003. La Scuderia Ferrari et Olympus signent un partenariat. Olympus devient alors pour trois ans l’un des sponsors de l’écurie de F1 championne du monde. Première traduction de ce partenariat chez Olympus, un appareil photo numérique compact, le Ferrari Digital Model 2003. Face au succès rencontré, Olympus sort alors un second modèle, plus moderne, le Ferrari Digital Model 2004.

Un véritable Collector

Exclusif, ce modèle est produit à seulement 10 000 exemplaires à travers le monde, dont la moitié destinée à l’Europe. Chaque appareil est numéroté et livré avec un certificat d’authenticité. Eclatant, dans une robe rouge Ferrari, le boitier extra-plat de 22 mm d’épaisseur est en aluminium. Si cela lui assure une impression de solidité et de robustesse lorsqu’on le prend en main, le poids en prend un coup et il saura se faire sentir rangé dans une poche.

Très design, le boitier ne passe pas inaperçu. D’autant qu’au démarrage de l’appareil, une F2004 apparaît à l’écran accompagnée du ronronnement du moteur Ferrari ! Heureusement, on peut aussi le mettre en marche en silence. Malgré sa fable épaisseur, cet appareil possède un capteur à 3,2 millions de pixels, et un zoom optique 3x. La prise en main est bonne, même si le déclencheur, plat et encore une fois très design, n’est pas très agréable. La molette qui permet de naviguer dans les menus est par contre une bonne idée, très pratique.

Destiné à un public ne souhaitant pas s’occuper des réglages, le Ferrari Digital Model 2004 propose 18 programmes Scène qui permettent d’assurer une bonne prise de vue quelques soient les conditions. Il faudra cependant sélectionner le bon mode avant de prendre les photos, l’accessibilité des boutons étant quasiemment impossible lorsque l’on vise. Ils se retrouvent en effet à ce moment là au creux de la paume de la main. Dommage. Tout comme l’impossibilité de choisir manuellement certains paramètres.

Un écran magnifique

Au moment des prises de vues, comme sur la plupart des appareils de cette dimension, le flash se révélera trop puissant pour les sujets proches de l’appareil, et pas assez pour les sujets éloignés. Le temps de déclenchement est par contre acceptable. Mais le véritable point fort de cet appareil est son grand écran ACL de 6,35 cm doté de 215 000 pixels. Un écran magnifique qui affiche les photos prises en haute définition. Les couleurs sont vives et éclatantes, grâce notamment à un fort contraste, près de trois fois supérieur aux écrans ACL classiques. Il permettra de regarder les photos prises à plusieurs, grâce à son angle de vue de 160° sur la verticale et l’horizontale. Plus besoin d’être juste en face de l’écran pour les voir !

Les photos stockées sur carte mémoire de format XD peuvent même être classées en albums directement à partir de l’appareil. Douze albums photos de 100 images chacun peuvent ainsi être stockés et affichés, si la capacité de la carte mémoire utilisée est suffisante, évidemment.

Les photos réalisées sont de bonne qualité. Mais la prise en main nécessitera quand même un petit temps d’adaptation. Testé lors du salon Rétromobile 2005, le Ferrari Digital Model 2004 a tout de même réussi à se sortir correctement des conditions pas toujours faciles de prises de vues : lumières pas homogènes, trop fortes, trop faibles…

Un appareil de passionnés

Fourni avec une sangle qui nous a paru beaucoup trop juste, le Ferrari Digital Model 2004 reçoit également un très bel étui en texture daim noir aux coutures rouges. Destiné à des passionnés de la Scuderia, l’appareil est également accompagné de photos dédicacées de Michael Schumacher et Rubens Barrichello, ainsi que d’un cédérom regroupant des photos des années 1999 à 2003, années où la Scuderia a remporté le championnat du monde de F1.

Le support qui permet de recharger les batteries et vider la carte mémoire sur un ordinateur est lui aussi livré dans une robe rouge Ferrari. Il permet également d’imprimer des photos à partir de l’appareil sans passer par un ordinateur, en se branchant directement sur une imprimante. Mais le hic reste le prix, près de 560 €. Un prix qui fait de lui un appareil véritablement destiné aux passionnés.

DSC_5165.jpgDSC_5167-2.jpgDSC_5168-3.jpgDSC_5169-2.jpgDSC_5173-2.jpgDSC_5174-2.jpgDSC_5175.jpgDSC_5176.jpgDSC_5177-2.jpgDSC_5183-2.jpgDSC_5185.jpgP2110002.jpgP2110003.jpgP2110006.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

eget ante. at dolor Donec elit. ut
Toute l'actualité

Abonnez-vous gratuitement !

Chaque vendredi, toute l’actualité de l’automobile italienne par mail !