Rubens Barrichello et Ferrari divorcent

par Sonia Dauger
0 commentaire

Rubens Barrichello quitte Ferrari à la fin de la saison en cours et sera remplacé par un autre Brésilien, Felipe Massa.

La valse des transferts inter-saison a donc commencé par la confirmation d’une rumeur persistante dans les paddocks depuis une semaine : Rubens Barrichello quitte Ferrari à la fin de la saison 2005. C’est par un communiqué laconique que l’écurie italienne a officialisé les murmures : “Rubens Barrichello quittera la Scuderia à la fin 2005 après une collaboration fructueuse remontant à 2000 et qui a participé à la conquête de cinq titres constructeurs”.
Le patron de la Scuderia, Jean Todt, avait laissé entendre il y a quelques jours qu’une décision serait bientôt prise : « Si quelque chose doit arriver, ce sera lors des prochains jours. Je ne dis pas que Rubens est malheureux chez nous, mais peut-être pense-t-il qu’il se sentirait mieux ailleurs ».

Rubens, malheureux ?

Rubens a toujours piloté dans l’ombre de Michaël Schumacher, son coéquipier ; une situation qu’il n’a pas caché vivre de plus en plus mal. Il ne fut pourtant pas étranger aux cinq titres consécutifs remportés par la Scuderia depuis l’arrivée du Brésilien dans l’équipe. Une régularité exemplaire, pour un coéquipier exemplaire qui, à 33 ans, souhaite sûrement donner un nouveau souffle à sa carrière.
Certes membre de Ferrari, il aura toujours été au sein de la prestigieuse écurie, le fidèle lieutenant de Schumacher, devant parfois obéir à des stratégies de course, que d’aucuns ont qualifié d’humiliantes pour lui. « Esprit d’équipe » répliquèrent les esprits plus pragmatiques.
Ces stratégies lui ont tout de même permis de remporter neuf Grand Prix sous les couleurs rouges, le premier remontant à octobre 2000, à Hockenheim. Une victoire phénoménale, conquise au prix d’une remontée de la dix-huitième place sur la grille de départ, à la première, sous le drapeau à damiers.
Le Brésilien, faisant montre de sa constance et de sa capacité à gagner, a même terminé deux fois vice-champion du monde (à chaque fois derrière le même homme : Michaël Schumacher) en 2002 et 2004. La saison 2005 est beaucoup plus difficile. 7ème au classement des pilotes, le Brésilien passe complètement à côté du sujet cette année, après avoir clamé en début de saison : « Je veux gagner le titre avec Ferrari ».
Ses qualités restent pourtant intactes, et elles pourraient être mises à profit dans l’équipe BAR dès la saison prochaine. Pour le moment, aucune annonce officielle, juste une rumeur, encore une, que Barrichello s’emploie à démentir dans la presse italienne : « Je vous garantis qu’il n’y a rien de vrai dans cette rumeur », déclarait Barrichello après les qualifications du Grand Prix de Hongrie.

Ca s’en va et ça revient

Pour prendre le relais de « Rubinho » au sein de Ferrari, un autre Brésilien : Felipe Massa. Agé de 24 ans seulement, élevé à la Formule 3000, talentueux et ancien pilote d’essai chez les Rouges en 2003, le jeune pilote est encore en contrat avec Sauber jusqu’à la fin de la saison 2005. Il a fait preuve d’une belle régularité tout au long de la saison (il a fini onze des douze Grand Prix auxquels il a pris part), et surtout de rapidité, devançant souvent son coéquipier Jacques Villeneuve, champion du monde en 1997.
Une opportunité en or pour ce natif de Sao Paulo considéré comme l’un des pilotes les plus rapides du plateau… Michaël Schumacher va bientôt fêter ses 37 ans. Si personne ne parle de retraite encore aujourd’hui, tout le monde y pense. En misant sur un jeune pilote pour seconder le Baron Rouge, Jean Todt et ses compères sont peut-être déjà en train de préparer l’ère post-Schumi…

Rubens-Barrichello-1.jpgRubens-Barrichello-11.jpgRubens-Barrichello-15.jpgRubens-Barrichello-2-2.jpgRubens-Barrichello-3.jpgRubens-Barrichello-3b.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

tristique nec consectetur Praesent Aenean quis Sed