McLaren remporte la mise

par Vincent Royer
0 commentaire

Au pays des casinos, c’est McLaren qui remporte la mise. Raïkkonen n’a pas eu de chance. Massa limite la casse.

A quelques jours du grand prix de Monaco, Kimi Raïkkonen ne tarissait pas d’éloges pour ce cinquième rendez-vous de la saison 2007. « Si je devais suivre la Formule 1 comme simple spectateur, expliquait-il, et si je devais choisir une course, je n’aurais pas de doute : j’irais à Monaco. C’est le plus important de tous les grands prix, avec une extraordinaire combinaison d’émotions durant la course, le lieu et son prestige augmentent encore l’importance de l’événement. »Ancien vainqueur du grand prix, en 2005, le pilote Ferrari aimerait bien renouveler l’expérience cette année.

Quant au second pilote de la Scuderia, c’est un peu son grand prix. Depuis les paddocks, Felipe Massa n’a en effet que quelques mètres à faire pour regagner son appartement. Et pourtant, il se montre moins éloquent que son coéquipier. « J’aime ce circuit, en même temps, ce n’est pas la piste qui me donne le plus de plaisir du point de vue du pilotage. »

Raïkkonen malchanceux

Les essais libres confirmeront ces déclarations, Raïkkonen devançant son coéquipier lors des deux séances. La séance de qualification viendra bousculer cet ordre. Victime d’une légère sortie de piste, Raïkkonen ne pourra défendre ses chances. « J’étais dans ma première tentative avec les pneus tendres, à la sortie de la chicane de la Piscine j’ai touché la barrière avec la roue avant droite. Au début il m’a semblé que tout était ok, mais quand je suis arrivé à la Rascasse, la voiture n’a pas voulu tourner. J’ai réussi à la ramener aux stands et les mécaniciens ont essayés de la réparer. Mais nous avons compris que nous ne pourrions le faire à temps. » Le pilote devra se contenter de la 16ème place sur la grille de départ.

Heureusement, Massa parvient à sauver l’honneur de la Scuderia, mais derrière les deux McLaren. « Je suis content car j’ai fait un bon tour, sans trafic, et je suis en bonne position pour la course demain. Je suis confiant et je vais essayer de faire le meilleur résultat possible. La course est très longue ici et il est vital de conserver sa concentration. S’il y a de la pluie, ce sera plus la loterie… »

Pas d’exploit

Dimanche, au feu vert, les deux McLaren d’Alonso et Hamilton s’élancent en tête devant Massa et Fisichella. Hamilton, le jeune coéquipier britannique d’Alonso essaiera bien pendant quelques tours de prendre l’ascendant sur l’espagnol. Sans succès. Derrière par contre, Raïkkonen réussit un très bon départ sur sa Ferrari et récupère quatre places. Il est huitième à la fin du premier tour. Malheureusement, il se retrouve bloqué derrière la Honda de Button et ne pourra jamais le dépasser. Au bout de 18 tours, les premiers retardataires sont déjà rattrapés.

Au tour 23, les ravitaillements des leaders commencent avec celui de Fisichella. Deux tours plus tard, ce sont Alonso et Massa qui s’arrêtent. Si l’espagnol remet des pneus durs, Massa chausse lui des tendres. La stratégie ne se révèlera pas convaincante.

Alors qu’il ne se passera rien durant ce second relais, Alonso s’arrête pour son second ravitaillement au tour 50, imité par son coéquipier deux tours plus tard. Bien qu’Hamilton revienne à seulement deux secondes du leader dans ce dernier relais, c’est bien Alonso qui remporte ce grand prix de Monaco. Massa complète le podium à la troisième place.

Le meilleur résultat possible vu les conditions

« Ces six points sont très importants, rappelait le brésilien, le championnat est très ouvert et il y a encore un long chemin à parcourir. Le principal problème aujourd’hui a été les retardataires, mais je ne pense pas que ça ai eu une incidence quelconque sur le résultat final ».

Parmi les retardataires, il y avait Raïkkonen, qui termine à la 8ème place. « Je n’ai jamais eu une piste libre devant moi, et c’est juste grâce à la stratégie que j’ai pu gagner des places et entrer dans les points. Mais je ne pouvais pas faire mieux. »

Le prochain grand prix se déroulera le 10 mai, au Canada. Pour le suivre, ne comptez pas sur TF1 qui préfère la soirée électorale. Il faudra vous tourner vers Eurosport, ou mieux, vers une chaine chinoise qui le retransmet gratuitement sur internet (CCTV 5.).

monaco1.jpgmonaco2.jpgmonaco3.jpgmonaco-3.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

libero. dapibus adipiscing Nullam Sed mattis fringilla dictum vulputate, quis, pulvinar justo