Spa Italia 2007, Maserati Superstar

par Vincent Royer
1 commentaire

Tout juste rénové, le mythique circuit de Formule 1 de Spa Francorchamps, en Belgique, était envahi début juin par des voitures italiennes de tous âges.

De la petite Fiat Uno Turbo à la Ferrari F40, en passant par les prototypes Ferrari MR 400 de la Scuderia Maranello, les dernières Alfa Romeo Brera ou de légendaires Maserati, toutes se sont retrouvées les 2 et 3 juin sur la piste ou dans les paddocks du circuit de Spa-Francorchamps, en Belgique.

Simple parade derrière la voiture de sécurité pour les plus craintifs, véritable séance d’essai chronométrée avec l’espoir de réaliser le record de la piste pour les plus sportifs, la sixième édition de Spa Italia a une nouvelle fois permis à chacun de partager sa passion.

« Spa Italia est un rassemblement de voitures de marques ou de carrosseries italiennes, explique Jean-Pierre Mangalhaes, organisateur de l’événement. On rassemble chaque année, en plus, des voitures sur un thème principal. Cette année c’est Maserati parce que nous rendons également hommage au cinquième titre de champion du Monde de Fangio, c’était il y a 50 ans, en 1957. »

Exposition Maserati

Pour l’occasion, cinq Maserati historiques étaient exposées au centre du paddock. Une Osca MT4 2AD de 1952. Dérivé d’un bloc Fiat de 1000 cm3, le moteur développait 100 ch à 6300 tr/mn.

A ses côtés, une 250 SI de 1956. Avec son châssis tubulaire en aluminium, cette voiture de course ne pèse que 660 kg et a été fabriquée à 28 exemplaires entre 1955 et 1957. Stirling Moss ou Piero Taruffi ont couru à son volant.

Certainement la plus célèbre des Maserati, la T61 Birdcage était également présente à Spa Italia. Seize exemplaires seulement ont été construits pour participer aux 24 heures du Mans entre 1959 et 1961. Son manque de fiabilité l’empêchera de remporter les 24 heures. Avec ses 240 ch et son châssis contenant près de 200 tubes d’aluminium, la Tipo 61 remportera tout de même les 1000 km du Nurburgring en 1960 et 61.

L’avant dernière Maserati exposée n’était malheureusement qu’une réplique de la Tipo 151. Une Maserati construite à l’époque à seulement trois exemplaires à la demande de deux clients qui voulaient une nouvelle fois participer à la célèbre course Mancelle, un américain et un français.

Enfin, l’hommage à Maserati et au cinquième titre de Fangio en 1957 n’aurait pas été complet sans la présence de la 250F. Une Formule 1 grâce à laquelle Fangio remporte son titre. Une Formule 1 fabriquée à 26 exemplaires et qui courra de 1954 à 1960, aussi bien aux mains de pilotes officiels que privés.

Maria-Teresa de Filippis, la première femme à courir en F1

L’italienne Maria-Teresa de Filippis sera d’ailleurs la première femme à courir un grand prix de Formule 1. C’était en 1958, au volant justement d’une 250F. Elle finira dixième du grand prix de Belgique la même année. Cinquante ans plus tard, elle était toujours de la fête. L’occasion de revenir avec elle sur son arrivée en F1.

« J’ai fait les choses progressivement, explique-t-elle simplement. J’ai commencée avec les voitures de tourisme, après les Sport, la 750, la Maserati Osca qui était formidable, puis la Maserati 2.0 et la Formule 1, toujours Maserati. C’était une progression. Je ne peux pas dire que pour moi ça a été difficile, non. Je l’ai fait et c’est tout. »

Et quand on lui parle de cette époque là, et du regard que lui portaient les autres pilotes, hommes, ce sont les pilotes actuels qui en prennent pour leur grade.

« On peut dire que c’était le moment le plus riche pour la valeur des pilotes. A cette période là il y avait vraiment beaucoup de pilotes fantastiques. Maintenant il y en a un ou deux et c’est fini. Peut-être que c’est pour ça que j’ai réussi à faire de bonnes choses dans ce sport. Chaque pilote, de Fangio à tous les autres, ils m’ont chacun donnés quelques secrets pour aller plus vite.

Pour certains je passais pour folle de faire de la course automobile. Mais j’avais la tête pour faire ça. Parce que sans la tête on ne pouvait pas faire les courses à cette période là. Ce n’était pas possible. C’était tellement dangereux et difficile que l’on devait beaucoup réfléchir pour le faire. »

Andrea Zagato, design rationaliste

Outre Maria-Teresa de Filippis, de nombreuses autres personnalités du monde de l’automobile italienne avaient répondues présentes. Ainsi, Andrea Zagato était venu avec sa toute récente Maserati GS Zagato. Un modèle unique évoquant la Maserati A6 G Zagato de 1954, et construite sur la base d’une Maserati Spyder actuelle. Une voiture simple, sobre, résumant bien le style Zagato.

« Il y a une tradition de design rationaliste, milanaise. Le meilleur design, c’est le minimum design possible. C’est l’idée de Zagato du design. Nous aimons beaucoup les choses très simples, les lignes ‘clean’. C’est la chose qui pour moi différencie Zagato des autres designers. »

Anneliese Abarth prépare les 100 ans de la naissance de Carlo Abarth

A l’honneur l’an dernier, puisque le thème de l’édition 2006 de Spa Italia était justement Abarth, Anneliese Abarth, la femme du défunt sorcier Carlo Abarth, avait tenue à revenir cette année, en tant que simple passionnée d’automobile.

« Chaque marque, chaque voiture a une histoire. Alors je ne peux pas dire j’aime seulement Maserati ou Abarth. Non, en principe j’aime toutes les belles choses et les belles voitures. »

Sa présence était aussi l’occasion de parler des différents événements qu’elle organise l’an prochain en Italie, Espagne et à Vienne, pour fêter le centenaire de la naissance de Carlo Abarth.

« L’année prochaine à Vienne, nous allons faire une exposition Abarth dans le musée technique. J’espère réunir toutes les voitures Abarth et aussi les pilotes. C’est très spécial, ce sera plus une équipe, mais les amis sont toujours les bienvenus. La date n’est pas encore fixée mais c’est pour le mois de novembre. Carlo est né en novembre. Il était scorpion… »

Rendez-vous de passionnés

A côté des personnalités, Spa Italia c’est aussi et surtout des passionnés venus de l’Europe entière et notamment de France, comme Roger Boulinguez, venu au volant de sa Maserati.

« C’est une 3500 GT des premières générations. C’est en fait une série 2 mais qui est la première mouture des fabrications industrielles Maserati Frères. C’est un véhicule qui reprend un moteur 6 cylindres en ligne de 3,5 litres de cylindrée, avec un petit particularisme quand même. On est déjà avec un moteur issu de la compétition puisque c’est l’année où Fangio gagne le championnat du monde sur une 250F avec un moteur qui était étroitement dérivé de ce type de moteur et qui est en double allumage.

Je l’ai récupérée dans un état qui était relativement moyen et qui a nécessité une remise à jour complète, moteur-boite-pont. Comme dises nos amis anglais, tout y est passé, des vis jusqu’aux écrous. »

Et pour voir des autos parfaites, d’origine ou restaurée, il fallait se rendre du côté du concours d’élégance.

Nouveau succès pour Spa Italia 2007

Pendant que les heureux propriétaires des plus belles autos recevaient leur récompense des mains des personnalités présentes, l’organisateur pouvait, lui aussi, se frotter les mains. Malgré une météo menaçante, cette sixième édition est un nouveau succès.

« Je crois que le succès vient essentiellement du fait que nous voulons que la manifestation soit conviviale, analyse Jean-Pierre Mangalhaes. C’est-à-dire qu’il y a peu de zones interdites. Les gens peuvent approcher les voitures, peuvent approcher les gens. Les séances de dédicaces ont par exemple beaucoup de succès. Je crois que c’est ça qui aide au succès de l’événement. »

Une recette simple, loin des rencontres hyper sécurisées organisées par exemple par les fédérations sportives. Une recette simple qui cette année a permis de réunir près de 1500 voitures et 5000 spectateurs.

DSC_4571-3.jpgDSC_4574-3.jpgDSC_4576-5.jpgDSC_4580-4.jpgDSC_4585-2.jpgDSC_4590-3.jpgDSC_4592-2.jpgDSC_4628-2.jpgDSC_4634-3.jpgDSC_4639-3.jpgMaserati 250 SI
Maserati 250 SI
DSC_4671-3.jpgDSC_4678-4.jpgDSC_4698-4.jpgDSC_4752-3.jpgDSC_4770-4.jpgDSC_4772-2.jpgDSC_4796-3.jpgDSC_4821-3.jpgDSC_4827-3.jpgDSC_4838-4.jpgOsca MT4 2AD
Osca MT4 2AD
T61 Birdcage
T61 Birdcage
Maserati GS Zagato
Maserati GS Zagato
Maserati 250F
Maserati 250F
DSC_4905-5.jpg

1 commentaire

UiePluQHspZrpno 2 mai 2012 - 10:42

Spa Italia 2007, Maserati Superstar
They should do a Tributo LANCIA, with their Grand Prix, rancig and rally heritage! Stratos gold coffin wheels? Delta Integrale Speedline silver or white “spider web” wheels?Lancia Fulvia HF rally red with flat black hood and gold wheels?Lancia Montecarlo Group 5 red/white, blue/white, black/red, “rising sun” pattern paint scheme? Lancia Stratos “Alitalia” paint scheme? Lancia Rally 037 and Delta Integrale Martini paint scheme? **And remember, the Lancia Montecarlo, Rally 037, the 030 Giro Di Italia car (to become the Montecarlo), the 038 Delta S4 were ALL ABARTH projects!**

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

porta. at risus Donec ut et, Sed