Bis repetita…

0 commentaire

On prend les mêmes et on recommence… la deuxième course d’Albi, qui tenait en haleine jusqu’au drapeau à damier un public venu nombreux, voyait à nouveau la Corvette C6.R de Markus Paltalla et Pertti Kuismanen franchir en premier la ligne d’arrivée, devant la Saleen d’Ayari et Hernandez ; Policand et Balthazard se classaient troisièmes. En Trophée GT2 et en Coupe de France FFSA GT, comme la veille, Narac et Lecourt, ainsi que Simon et Demigneux, triomphaient à nouveau.

Comme la veille, la Corvette C6.R de PSI Expérience et la Saleen S7-R du Team Oreca ont terminé la course roues dans roues, et une fois encore les Finlandais ne se laissaient pas impressionner et franchissaient les premiers la ligne d’arrivée, remportant leur troisième victoire de la saison. Albi a donc consacré cet équipage venu du Nord, qui à deux reprises a tenu en échec Ayari et Hernandez. Les deux hommes défendant les couleurs du Team Oreca restent cependant de solides leaders, avec 69 points d’avance sur les Finlandais. Markus Paltalla, forcément heureux de ce doublé, n’a pas encore abdiqué dans le course au titre : « C’est un très bon résultat pour nous, le team a été super pendant tout le week-end, et nous allons jouer notre carte à fond jusqu’à la fin. »
Au Mans et à Magny-Cours, il faudra tout de même se montrer solide pour tenter de contenir la Saleen, qui devrait être à l’aise sur ces circuits taillés pour le monstre Américain : « je pense que nous serons surtout à notre avantage à Magny-Cours, un billard qui va bien à notre Saleen. On se fait battre deux fois ce week-end, cela nous force à réagir et à rester attentifs jusqu’au bout » déclarait Bruno Hernandez.

Bataille pour la troisième place

Il fallait aussi attendre les dernières minutes de la course -et même un peu plus- pour connaître les sociétaires de la troisième marche du podium. L’opposition entre la Ferrari 550 Maranello de Gabriel Balthazard et Jérôme Policand et la Corvette C5-R de Christophe Bouchut et Yvan Lebon était pour le moins musclée. Parti de la septième ligne, Christophe Bouchut parvenait à revenir jusque dans le pare-choc de la Ferrari de Policand. Les deux hommes passaient le relais en même temps, et leurs équipiers respectifs repartaient dans le même ordre, Balthazard sur la Ferrari de SOFREV ASP Larbre Compétition, devant la Corvette SRT d’Yvan Lebon. Lebon prenait dès son premier tour en piste l’avantage, mais Balthazard restait au contact. Dans l’avant dernier tour, la Ferrari reprenait la troisième position, mais sur une tentative de dépassement osée d’Yvan Lebon, les deux voitures se touchaient et la Ferrari partait en tête à queue. Lebon franchissait le troisième la ligne d’arrivée, mais la Corvette numéro 27 était reléguée par le Collège des Commissaires Sportifs en onzième position. Cependant, suite à l’incident dans les stands la veille lors de la première course, cette voiture était exclue du meeting. Le concurrent ayant fait appel, Bouchut et Lebon pouvaient participer à la deuxième course, néanmoins ils ne peuvent pas figurer dans le classement de la course avant le jugement de l’appel. Quoi qu’il en soit, Gabriel Balthazard et Jérôme Policand héritaient de la troisième place de cette course !

Narac et Lecourt accumulent, Simon et Demigneux confirment

Rien ne peut arrêter l’inévitable marche vers le succès de Michel Lecourt et Raymond Narac en Trophée GT2. Malgré une erreur de Michel Lecourt en début de course, qui le forçait à passer par un bac, et un Stop & Go à l’issue des changements de pilotes, l’équipage de la Porsche 996 GT3 RSR de l’écurie IMSA Performance Matmut remportait sa huitième course de la saison. « Nous nous sommes battus contre nous même » déclarait Michel Lecourt.

En Coupe de France, Ludovic Simon et Christian Demigneux permettaient au Pouchelon Racing de remporter deux victoires sur ses terres. Pour Christian Demigneux, tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes : « Le Pouchelon Racing est basé à Castres, c’était donc important pour Alexandre Pouchelon et son équipe de bien faire. Notre association avec Ludovic Simon fonctionne très bien, j’espère que nous allons la poursuivre »

Au classement général de la Coupe de France FFSA GT, le leader change à nouveau puisqu’en terminant deuxième Franck Colas reprend la main, pour un petit point seulement.

Le Film de la course

Avant même le départ, neuf voitures déclaraient forfait, dont la Saleen de Dominique Dupuy -sortie de l’hôpital samedi soir, après un check up- et François Fiat, mais aussi la Viper numéro 4 du First Racing et la Viper numéro 10 de MTO Mirabeau compétition. Egalement absente la Viper de Lucas Lasserre et de l’Albigeois Eric Debard, détruite en qualifications, ainsi que la Toyota de Morgan Moullin-Traffort et Thierry Rabineau.

Les positions ne changeaient pas lors du premier tour, la Saleen de Soheil Ayari virait en tête, devant la Corvette de Markus Palttala, la Ferrari de Jérôme Policand et les Chrysler Viper de Mathieu Zangarelli, Olivier Thévenin et Sébastien Dumez. Tandis que Soheil Ayari et Markus Palttala s’échappaient roues dans roues, il était difficile de départager Policand, Zangarelli, Thévenin et Dumez, tandis que parti de la septième ligne, Christophe Bouchut commençait sa remontée.

S’infiltrant bien dans le trafic, Markus Palttala trouvait l’ouverture après dix minutes de courses, et parvenait à créer une petite avance sur la Saleen d’Ayari. Le peloton de tête s’étirait en revenant sur les premiers retardataires, ainsi en troisième position, Jérôme Policand prenait un peu d’air sur le groupe de Viper, composé de Zangarelli, Thévenin et Dumez, qui était désormais sous la menace de la Corvette de Christophe Bouchut. A l’attaque, le pilote SRT allait coup sur coup se débarrasser des Viper, pour revenir en quatrième position. Survolté, Bouchut reprenait même du terrain à Jérôme Policand.

En tête, l’écart entre la Corvette C6.R et la Saleen S7-R se stabilisait autour de cinq secondes après 20 minutes, et passait même à environ 10 secondes à mi-course. Au 26ème tour, Olivier Thévenin et Mathieu Zangarelli étaient les premiers des leaders à se présenter dans les stands pour changer de pilotes. Tous les autres les imitaient deux tours plus tard, et les positions étaient sensiblement les mêmes : la Corvette désormais pilotée par Pertti Kuismanen menait la danse devant la Saleen de Bruno Hernandez et la Ferrari de Gabriel Balthazard, qui allait cependant rapidement se faire déborder par la Corvette d’Yvan Lebon. Les positions n’allaient cependant pas être figées, puisque rapidement Hernandez revenait dans les échappements du leader, Pertti Kuismanen, tandis que Balthazard restait au contact de Lebon. Plus loin, c’était tout aussi indécis pour la cinquième position, entre Patrick Bornhauser (Viper nr1), Thierry Soave (Corvette nr26) et Jean-Luc Blanchemain (Viper nr11).

A dix minutes de la fin, il était encore impossible de deviner le podium. Jusqu’au bout Bruno Hernandez cherchait l’ouverture, mais Kuismanen tenait bon. Ainsi la Corvette C6.R de PSI Expérience s’imposait pour la deuxième fois du week-end, devant la Saleen S7-R de Bruno Hernandez et Soheil Ayari. La troisième marche du podium revenait à l’équipage de la Ferrari 550 Maranello du team Sofrev ASP Larbre Compétition. En effet, dans l’avant-dernier tour, Balthazard prenait l’avantage sur Lebon, mais ce dernier tentait un dépassement osé dans le dernier tour, les deux voitures se touchaient, et si la Corvette franchissait la ligne en troisième position, le Collège des Commissaires sportifs reléguait Lebon et Bouchut en onzième position. Enfin, Jean-Luc Blanchemain débordait Patrick Bonrhauser, son équipier en Championnat d’Europe GT de la FIA, dans les derniers tours. Ainsi la Chrysler Viper numéro 11 terminait quatrième, devant la Chrysler Viper numéro 1 et la Corvette numéro 26 de Thierry Soave et Eric Cayrolles.

Déclarations

Markus PALTALLA, Corvette C6-R, PSI Expérience, 1er

« Notre tactique était de suivre la Saleen, car nous pensions que Soheil Ayari allait être plus rapide que nous. Cependant j’ai profité du trafic pour dépasser Soheil. Ensuite j’ai réussit a prendre un bel avantage, que l’on a perdu pendant le pit-stop. Le premier tour de Pertti était un peu moins vite, mais après c’était une guerre entre Pertti et Bruno Hernandez. Pertti a été parfait. Nous sommes contents de ces deux victoires et nous sommes prêts à jouer notre carte pour la suite ! »

Pertti KUISMANEN, Corvette C6-R, PSI Expérience, 1er

« Markus a fait un super premier relais, et m’a donné une voiture en bon état, même si à la fin je perdais de l’efficacité suite à l’usure de mes pneumatiques. Ce Championnat regroupe des très bons teams et de très bons pilotes, donc la bataille avec Bruno Hernandez a été saine. En fait on ne voit pas grand-chose dans les rétroviseurs de la Corvette, alors même si je savais qu’Hernandez était juste derrière moi, je ne le voyais pas, ce qui n’était pas plus mal ! Donc j’ai presque eu une course facile en fait ! Je suis content de gagner encore des courses à 63 ans, et je suis prêt à me battre pour le titre… et ce sera pareil à 64 ans…»

Bruno HERNANDEZ, Saleen S7-R, Team Oreca,, 2ème

« Dans les premiers tours, je pensais pouvoir passer mais la voiture manquait un peu de vitesse de pointe par rapport à hier. J’ai attendu une faute de Pertti mais il n’en a pas commis. C’est une course très frustrante car après les essais de ce matin, je pensais vraiment que nous pourrions l’emporter. Cela étant, nous prenons de gros points au championnat et c’est le plus important. »

Jérôme POLICAND, Ferrari 550 Maranello, SOFREV ASP Larbre Compétition, 3ème

« Le début de course était conforme aux essais, la Corvette et la Saleen étaient plus rapides, ils prenaient de l’avance tandis que je parvenais à prendre le large sur le groupe de Viper. Je faisais le maximum, je revenais un peu sur Soheil. La Ferrari est encore une bonne voiture, mais nous n’avons plus le même avantage que l’année dernière, aujourd’hui les Saleen et les Corvette sont plus performantes. Dans les cinq derniers tours de mon relais je sentais un important sous-virage, et heureusement on a eu la bonne idée de passer les pneus d’hier à Gabriel, et c’était une bonne idée car en fait j’avais une crevaison au pneu avant gauche. »

Gabriel BALTHAZARD, Ferrari 550 Maranello, SOFREV ASP Larbre Compétition, 3ème

« Mon team manager, Jack Leconte m’avais demandé de démarrer doucement, puisque je partais en pneus froids. Lebon en a profité. Ensuite nous nous sommes bien amusé, il défendait bien sa position, comme à Ledenon. Durant toute la course je cherchais l’ouverture, ce que j’ai réussi au bout de la ligne droite des stands, où Yvan a été très fair-play, comme il l’est toujours d’habitude. Par contre je n’ai pas compris sa manœuvre dans le dernier tour, puisqu’il m’a touché au raccordement de l’aérodrome, et j’ai fait un magnifique tête à queue. Nous sommes maintenant prêts pour gagner de partout… si jamais Paltalla et Kuismanen ainsi que Hernandez et Ayari n’ont plus de budget et capitulent, nous sommes prêts à tout gagner, c’est presque notre seule chance ! »

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

Nullam consequat. vulputate, quis, ante. eleifend leo ut