Envers et contre tout

par Sonia Dauger

Michaël Schumacher remporte sa neuvième victoire en dix courses en faisant montre d’une qualité qu’il avait peu mise en avant jusqu’alors : la maîtrise tactique.

La domination de Michaël Schumacher n’est pas si monotone qu’il y paraît. Certes l’Allemand a remporté son neuvième Grand Prix cette saison, en ne laissant aucune chance à ses adversaires. Certes, son avance au championnat du monde ressemble à un gouffre sans fond avec ses 90 points au compteur, contre 68 au deuxième, son coéquipier Rubbens Barrichello. Enfin, oui, sa domination lors du Grand Prix de France a été aussi implacable que lors des précédentes épreuves de la saison.

une question de stratégie

Mais, ce week-end fut différent des autres pour une autre raison : la tactique de course de Schumi. La course s’est en effet jouée lors des arrêts aux stands. Quatre pour le leader de Ferrari, trois pour l’Espagnol Fernando Alonso (Renault). Et la victoire au bout de la piste.
“Après notre deuxième arrêt nous avons discuté avec Ross (Brawn) (NDLR : directeur technique de l’écurie Ferrari) et décidé de changer de stratégie, de passer de trois à quatre arrêts. C’était le seul moyen de viser mieux que la deuxième place. C’était optimiste, c’est vrai, mais sans risque il n’y a pas de plaisir. Cinq tours avant mon dernier arrêt, Ross m’a dit que l’écart était désormais suffisant, que l’on avait assez d’avance pour gagner.”
“Après mon deuxième arrêt (32e tour), quand je suis reparti derrière Michael (Schumacher), j’ai su qu’il n’y aurait pas grand chose à faire”, expliquait de son côté Alonso. Le pilote de Renault était pourtant parti en pôle position, devant Michaël Schumacher et gardait les commandes de la course jusqu’au 36ème tour.
C’est à ce moment que le pari tactique de Schumacher et Brawn fut payant. Et le sextuple champion du monde de montrer à quel point son talent dépasse largement la conduite pure. Le Baron Rouge a montré une incroyable capacité à maîtriser les différents paramètres de la course (tactique et technique), même (ou surtout ?) lorsque ses rivaux le mettent en difficulté.

Un bonheur ne vient jamais seul

Mais le week-end fut d’autant plus savoureux que l’autre pilote Ferrari, faisait lui aussi des étincelles sur la piste de Magny-Cours. Parti dixième, le Brésilien a remonté un à un ses concurrents pour dépasser en fin de course l’Italien Jarno Trulli (Renault). “Trulli a fait une petite faute, ralenti un peu trop. J’en ai profité, j’ai pris le risque de prendre l’intérieur. Je suis fier pour l’équipe d’être passé de la dixième à la troisième place”, se félicitait le Brésilien. Troisième place synonyme de nouveau doublé pour la Scuderia, qui elle aussi prend définitivement le large sur ses poursuivants.

79ème victoire en Grand Prix pour Schumacher, la quatrième d’affilée. La saison du pilote allemand lui réserve, bien que les courses se suivent et se ressemblent, de belles émotions. “Nous vivons une saison extraordinaire, bien plus que nous ne l’espérions. Je pensais que ce week-end serait beaucoup plus difficile.”

Suite de la saga Schumacher à Silverstone, le 11 juillet prochain.

1-29.jpg10-3.jpg11.jpg3-28.jpg4-23.jpg5-22.jpg6-18.jpg7-4.jpg8-2.jpg9-3.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

libero. consequat. diam Sed Aliquam id, Nullam Lorem leo Donec
Toute l'actualité

Abonnez-vous gratuitement !

Chaque vendredi, toute l’actualité de l’automobile italienne par mail !