L’erreur du Professeur

0 commentaire

Alors que les Prost menaient la course de bout en bout, c’est la Ferrari de Balthazard et Policand qui s’impose… dans le dernier virage.

Les conditions étaient parfaites pour cette pénultième course de la saison en Championnat et en Coupe de France FFSA GT. Nicolas Prost prenait le meilleur envol depuis sa première ligne même si Bruno Hernandez restait menaçant jusqu’au freinage d’Adelaide. Nicolas Prost parvenait tout de même à boucler le premier tour en tête devant Hernandez, Cazenave, Bornhauser, Balthazard, Dubreuil, Lebon, Yvon, Fiat et Dupard. Dès le deuxième tour, Nicolas Prost haussait le rythme et creusait peu à peu l’écart sur Hernandez, Cazenave et Bornhauser, tous les trois en bataille. Laurent Cazenave passait un bref instant en deuxième position, avant de partir un peu large au virage du Lycée ce qui le faisait rétrograder en quatrième position, Hernandez et Bornhauser en profitant. Devant Prost s’échappait, Hernandez stabilisait l’écart aux alentours de cinq secondes, Cazenave pointait à nouveau troisième après avoir débordé Bornhauser qui maîtrisait un groupe resserré composé de Balthazard, Dubreuil, Lebon, Fiat et Dupard. Alors que les leaders revenaient sur les premiers retardataires, l’écart variait plus ou moins mais Nicolas Prost continuait de gérer la situation face à Bruno Hernandez. Deux accrochages venaient modifier la donne, tout d’abord celui entre Dupard et Fiat qui faisait rétrograder la Saleen de la huitième à la treizième position, puis l’accrochage entre le deuxième, Bruno Hernandez, et un pilote à qui il prenait un tour. Hernandez repartait quatrième, entre Bornhauser et Balthazard. Dès lors, Nicolas Prost menait largement la course avec plus de dix secondes d’avance sur Laurent Cazenave. Les changements de pilotes approchaient, au moment où Dubreuil et Dupard passaient dans le même tour Balthazard pour le gain de la cinquième position. Patrick Herbert et François Fiat inauguraient la période de changement de pilotes, imités par la quasi-totalité de la meute, seuls Cazenave et Lebon préféraient attendre le tout dernier moment pour passer le relais.

Fort logiquement Alain Prost héritait de la tête après le bon relais de son fils. Jean-Claude Police pointait deuxième mais Olivier Thévenin, Soheil Ayari et Jérôme Policand, fondaient sur lui. Malheureusement, Soheil Ayari rentrait aux stands suite à un début d’incendie provoqué par la déformation de son échappement après l’accrochage en première partie de course. Après un long arrêt, Ayari repartait mais devait immédiatement s’arrêter pour abandonner lorsque les flammes rejaillissaient à nouveau. Peu après, Thévenin et Policand avalaient Police, puis Policand trouvait l’ouverture et s’emparait ainsi de la deuxième position au détriment de Thévenin. Alain Prost disposait alors de 26 secondes d’avance sur Policand et Thévenin, alors que Police était sous la menace de Gilbert ; quant à Goueslard, il contenait difficilement le retour de Dupuy. Gilbert et Dupuy parvenaient à passer, ce dernier revenait même rapidement sur Gilbert et s’emparait de la quatrième position. La fin de course était animée par la remontée de Dupuy sur le troisième, Olivier Thévenin, mais la Saleen n’allait pas parvenir à s’emparer de la troisième position faute de temps ! Tout le monde attendait la victoire d’Alain Prost, jamais inquiété, mais dans les derniers mètres de course, la Viper numéro 50 ralentissait progressivement ! Policand revenait comme une fusée et ne pouvait pas faire autrement que déborder le “Professeur” au Lycée… Prost perdait donc la victoire dans le dernier virage !

Lamborghini en GT2

En Trophée GT2, Raymond Narac et Sébastien Dumez s’envolaient vers une nouvelle victoire mais après 10 minutes de course, Narac rentrait au ralenti aux stands suite à un problème de transmission. Il repartait mais très loin. Ainsi Monteiro héritait de la tête devant Rabineau. La Lamborghini de Rabineau-Demigneux parvenait à s’emparer de la première position et remportait ainsi sa troisième victoire de la saison devant les frères Monteiro et Mouez-Prunet, bien revenus malgré un Stop&Go.

En Coupe de France Arnaud Peyroles et Thierry Guiod remportaient une victoire de plus après une fantastique opposition en début de course entre Guiod, Ancel et Balandras. James Ruffier et François-Xavier Terny finissaient deuxième tandis que Yannick David et Richard Balandras complétaient le podium.

Réactions

Jérôme Policand
“Gabriel a fait un bon relais malgré notre lest embarqué. Ensuite, je pensais pouvoir finir dans le meilleur des cas troisième mais les circonstances de course nous ont profité. Sincèrement j’ai hésité à doubler Prost dans le dernier virage, mais je pouvais difficilement refuser cette victoire car nous jouons la deuxième place au Championnat.”

Alain Prost
“ Il faut regarder le positif… Nicolas a fait du super boulot, des essais à la course, il a été parfait et très performant. Ensuite j’ai géré et vous m’excuserez mais je ne tiens pas à m’étendre sur ce qui est arrivé dans le dernier tour.”

Olivier Thévenin
“Nous avons eu des victoires puis le titre, il nous manquait un podium avec Alain Prost. C’est fait, c’est un honneur et notre saison est maintenant totalement complète !”

DUPARD-GOUESLARD-Ferrari-55.jpgPODIUM-SCRATCH.jpg

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

consectetur porta. at sit libero id quis, dapibus mi,