Gare à Bornhauser et Thévenin

0 commentaire

Enfin les protagonistes du Championnat et de la Coupe de France GT FFSA allaient pouvoir évoluer sur une piste sèche.

La Lister Storm du Red Racing déclarait forfait suite à un problème de durite. Mathieu Zangarelli virait en tête devant Goueslard, Beltoise et Giroix. Anthony Beltoise se montrait rapidement à son aise, il allait
dans un premier temps dépasser Goueslard avant de revenir dans les échappements de Zangarelli. Alors que Frédéric Makowiecki, le vainqueur de la veille, effectuait un Stop & Go pour départ anticipé, deux pilotes se fai-saient remarquer dans les premiers tours : Olivier Thévenin qui gagnait pas moins de six places au départ, et Alain Prost qui pointait 7ème alors qu’il s’élançait initialement de la 15ème position. Après une longue explica-tion, Anthony Beltoise s’emparait du commandement au détriment de Mathieu Zangarelli, en lui faisant l’intérieur au virage du pont après quinze minutes de course. Beltoise allait ensuite irrémédiablement s’évader. Un peu plus loin un groupe agité regroupait Goueslard, Thévenin, Policand et Prost, lequel venait de déborder Dupuy.
Olivier Thévenin prenait ensuite le meilleur sur Goueslard, puis Policand et Prost en profitaient pour s’infiltrer. Le pilote Larbre Compétition souffrait en fait d’un sérieux plat sur un de ses pneumatiques, il devait par conséquent lever légèrement le pied pour éviter la crevaison. Après 20 minutes de course, alors que le duel entre
Thévenin, Policand, Prost et Dupuy monopolisait l’attention, un double coup de théâtre survenait. La Saleen de Dominique Dupuy devait repasser par les stands pour remplacer une bougie défaillante, et Fabien Giroix, alors troisième, rentrait lui aussi suite à une crevaison lente à l’avant droit.

Patrice Goueslard ouvrait le bal des ravitaillements et en profitait pour changer ses pneumatiques. En tête, Beltoise disposait maintenant d’une marge de près de dix secondes sur Zangarelli, alors que le trio entre Thévenin, Policand et Prost, maintenant en lutte pour la troisième place, ne se faisait pas le moindre cadeau. Tous les leaders attendaient les derniers instants pour se présenter dans les stands afin de passer le relais. Jean-Luc Blanchemain héritait donc de la tête de la course devant Bleynie, Bornhauser, Balthazard, Jabouillle et Hauchard. Avec une avance de près de 15 secondes Blanchemain s’appliquait à gérer, mais le pilote de la Viper LeasePlan Autovitesse perdait le contrôle de sa monture dans le virage de la Servie. Gérard Bleynie pointait donc en tête devant Bornhauser, Balthazard et Jabouille. A un quart d’heure du drapeau à damier, un accrochage dans la ligne droite entre les Porsche de Hauchard et Pisu forçait le Safety Car à entrer en piste. Les concurrents allaient vivre un véritable sprint lors des cinq dernières minutes, après le “restart”. Olivier Dupard, dans un premier temps, doublait Jean-Pierre Jabouille, et surtout en tête de la course, Patrick Bornhauser reve-nait dans les roues de Gérard Bleynie. Ce dernier ne résistait pas outre mesure, ainsi Patrick Bornhauser pre-nait
la tête à l’entrée du Triple Gauche. Le podium allait changer de locataires à plusieurs reprises en cette fin de course. Gérard Bleynie endommageait sa Viper après un contact avec un autre concurrent, du coup Dupard, Balthazard et Jabouille en profitaient pour gagner une place. Jabouille parvenait même à déloger Balthazard de sa troisième position, cependant dans le dernier tour, le pilote de la Viper numéro 50 perdait le contrôle et heurtait violemment le rail de sécurité au virage du Cavalet, endommageant sérieusement sa monture. Bornhauser et Thévenin s’imposaient donc pour la première fois de la saison, confortant ainsi leur première position au classement général. Dupard-Goueslard et Balthazard-Policand complétaient le podium. Alain Prost et Jean-Pierre
Jabouille étaient tout de même classés en sixième position. Toute l’équipe Exagon -qui était en passe de réaliser leur premier podium- repartait du Gard avec des regrets mais aussi plein d’espoirs suite au superbe relais d’Alain Prost.

Sébastien Dumez et Raymond Narac réalisaient le doublé en Trophée GT2. Deuxième sur la grille, Sébastien Dumez s’écartait pour laisser passer les voitures plus puissantes. Il contenait ensuite le retour d’Eric Hélary et se construisait une marge confortable. La lutte pour la deuxième position opposait Medici-Hélary et Rabineau-Moullin Traffort. Thierry Rabineau parvenait à prendre le meilleur sur Medici en fin de course.

En Coupe de France, tout se jouait après l’intervention de la voiture de sécurité. Parti dernier, Arnaud Peyroles revenait jusqu’en troisième position. Son équipier Goubet le relayait parfaitement. Dès que la voiture de sécurité s’éclipsait, le classement changeait totalement. Yannick David prenait un court instant la tête au détriment de Jean-Louis Déglise, avant que Thierry Guiod ne vienne mettre tout le monde d’accord.

Réaction

Olivier Thévenin : “Je la voulais vraiment cette victoire… J’ai gagné six places au départ, ce qui est un avantage car ce n’est pas simple de doubler sur ce circuit. Ensuite Jérôme Policand m’a mis une certaine pression car c’est un pilote qui ne fait pas de fautes. Ensuite j’ai pensé à mes pneus. Patrick a comme toujours très bien roulé, il revenait vite sur Bleynie. Nous avons eu peur que le Safety Car reste trop longtemps en piste, mais finalement Patrick a pris la tête dès qu’il le pouvait. Malgré un titre de Champion de France les gens ne nous prennent toujours pas comme des favoris, cependant on n’applique notre technique, être régulier.”

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

lectus elementum Curabitur id Nullam vulputate, ut