‘Le Grand Rendez-vous’ manqué de Ferrari et Claude Lelouch

par Vincent Royer

Révélation samedi soir du Grand Rendez-vous, le court métrage réalisé à Monaco à la fin du confinement par Claude Lelouch, avec Ferrari et le Prince Albert. Un rendez-vous manqué.

Le 24 mai dernier, c’est au son des vrombissements de la Ferrari SF90 Stradale que Monaco s’éveillait. Pour marquer la fin du confinement, Claude Lelouch tournait un court métrage dénommé Le grand rendez-vous, dans lequel le pilote Charles Leclerc mène sa Ferrari SF90 Stradale à fond de train dans les rues monégasques. Un court métrage dans la droite ligne du C’était un rendez-vous de 1976 du même Claude Lelouch, cette fois-ci à travers les rues parisiennes. Le grand rendez-vous a été révélé samedi soir.

Le film, qui a été tourné le jour où le Grand Prix de F1 aurait dû avoir lieu s’il n’y avait pas eu la crise du coronavirus, a nécessité pas moins de 17 techniciens. La police était aussi de la partie pour sécuriser la ville et interdire la circulation. Bien loin de l’ambiance du film de 1976. Six techniciens et ingénieurs de Ferrari étaient également présents pour assurer le suivi des deux SF90 Stradale utilisées.

Des moyens importants pour un rendez-vous… manqué. Un scénario sans queue ni tête, un Charles Leclerc qui fait faire un tour de Ferrari au Prince Albert sous les applaudissements de son entourage, et… une mystérieuse fleuriste. C’est peut-être le seul point commun des deux courts métrage d’ailleurs. En 1976 apparaissait Gunilla Friden, la compagne de Claude lelouch de l’époque, alors qu’en 2020 la fleuriste n’est autre que leur petite-fille, Rebecca Blanc-Lelouch. Pour le reste… à vous de commenter…

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

mattis id dictum facilisis ut Nullam Donec in libero. leo.