Le GT dans l’antre de l’endurance

par Vincent Royer
0 commentaire

Peu à Peu Patrick Bornhauser et Olivier Thévenin se rapprochent du titre de Champions de France FFSA GT 2005. Avec 72 points d’avance, les pilotes de la Viper n°1 sont dans une position idéale, mais sur un circuit comme Le Mans, favorable à la Saleen S7R et la Ferrari 550 Maranello, ils doivent rester plus que jamais vigilants. En Trophée GT2 la messe est quasiment dite, alors qu’en Coupe de France tout reste à faire.

Performants, fiables et réguliers, Patrick Bornhauser et Olivier Thévenin occupent logiquement la pre-mière place du Championnat de France FFSA GT, à bord de leur Chrysler Viper GTS-R toujours aussi efficace. Trois fois victorieux cette saison, un quatrième succès les assurerait quasiment du titre, mais plus que la victoire en elle-même, en fin stratèges, ce sont maintenant les points que visent Bornhauser et Thévenin. Les deux hommes devront surtout calquer leur course sur leurs adversaires et plus particulièrement sur les trois équipages qui peuvent encore venir leur contester le Graal tant convoité. En effet, Dupuy-Fiat, Policand-Balthazard et Beltoise-Blanchemain sont regroupés en douze points seulement.

Ferrari 550 Maranello, taillée pour ce type de tracé

Avec trois succès la Saleen de Dupuy-Fiat est performante, mais les hommes de DDO payent un certain manque de fiabilité, comme en témoigne leur week-end vierge de points à Albi. La fin de saison est l’occasion pour eux d’inverser la tendance, ainsi au Mans comme à Magny-Cours, il faudra surveiller la Saleen, mais également la Ferrari 550 Maranello de Sofrev ASP Larbre Compétition, qui sont des voitures taillées pour ce type de tracé. Jérôme Policand et Gabriel Balthazard sont toujours à la recherche de leur première victoire. Plus que le titre en lui-même, c’est plus ce premier succès libérateur que Balthazard et Policand tenteront d’aller chercher au Mans. La Corvette C5-R du team ANAVEO Sport SRT, pilotée par Soheil Ayari et Bruno Hernandez, peut également tirer son épingle du jeu. Tout comme la Ferrari 550 Maranello, la Corvette n’a pas encore remporté la moindre course, malgré un niveau de performances certain. Avec deux pilotes ultra motivés pour en gagner “au moins une” avant la fin de la saison, la Corvette peut-être l’élément perturbateur de cette fin de Championnat, tout comme les Viper de Mirabeau, performantes à Albi, et le Team Force One régulièrement sur le podium. Comme souvent, ce seront donc les outsiders les arbitres dans la course au titre, sur-motivés par la perspective d’une victoire dans l’enceinte mythique des « 24 Heures du Mans », course reine de l’Endurance. Bien que disputée sur une heure seulement, une course de GT au Mans est toujours source d’une athmosphère particulière.

Du côté du Trophée GT2 tout est joué ou presque. Sébastien Dumez et Raymond Narac dominent de la tête et des épaules cette catégorie, au volant de leur Porsche 996 GT3-RSR. A moins d’une catastrophe, la victoire en Trophée GT2 ne peut plus leur échapper, mais leur régularité paye également au classement général du Championnat de France FFSA GT puisque les deux hommes pointent cinquième. Cyril Prunet et Eric Mouez ou encore Thierry Rabineau et Christian Demigneux tenteront tout de même de casser l’hégémonie Dumez-Narac, la deuxième position du Trophée GT2 en dépend.

En revanche, rien n’est fait en Coupe de France FFSA GT. Arnaud Peyroles et Thierry Guiod prennent peu à peu le dessus, mais Frédéric Ancel et Philippe Goubet résistent superbement, ce qui conduit à des oppositions d’anthologie en piste. La Lamborghini de Charriol-Beroujon reste également en embuscade tout comme Richard Balandras et Yannick David ou Franck Issartel et Jean-Marc Bachelier… Sur le circuit du Bugatti, les protagonistes de la Coupe de France vont eux aussi faire le spectacle !

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

dictum amet, sit luctus nec Phasellus mattis ipsum id, velit,