PSA et FCA deviennent Stellantis

par Vincent Royer

C’est fait ! Depuis samedi les groupes PSA et FCA (Fiat Chrysler Automobiles) ont fusionné pour devenir Stellantis, quatrième groupe automobile mondial (d’après les ventes 2019).

Annoncée il y a un an, la fusion entre les groupes français PSA et italo-américain Fiat Chrysler Automobiles est effective depuis samedi 16 janvier. Après une introduction aux bourses de Paris et Milan hier, New York aujourd’hui, le nouveau groupe Stellantis a tenu sa première conférence de presse sous la houlette de son nouveau patron, Carlos Tavares, jusqu’alors patron de PSA.

Stellantis en chiffres

L’occasion de présenter les premiers objectifs de ce nouveau géant de l’automobile, le quatrième groupe mondial d’après les ventes 2019. Stellantis c’est en effet 408 000 employés de 150 nationalités différentes qui travaillent majoritairement sur deux continents, l’Europe et l’Amérique. Stellantis c’est aussi 14 marques internationales, Abarth, Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Maserati, Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall, Chrysler, Dodge, Jeep, et RAM. Enfin, Stellantis c’est une présence industrielle dans 30 pays et une prévision de cinq milliards d’euros de synergies.

Un objectif, “Bâtir un nouveau leader mondial de la mobilité durable”

En fusionnant, PSA et FCA affiche un objectif clair, “offrir la liberté de circulation avec des solutions de mobilité spécifiques, abordables et fiables”. En clair, “Bâtir un nouveau leader mondial de la mobilité durable”.

« C’est un grand jour, a expliqué Carlos Tavares. Un an après l’annonce de ce projet, Stellantis est née, en dépit des perturbations sanitaires et économiques sans précédent provoquées par la pandémie de COVID-19. Je tiens à remercier chaleureusement toutes les équipes qui ont rendu cela possible, ainsi que l’ensemble du personnel qui a su se mobiliser pour poursuivre notre activité durant cette année exceptionnelle. Cela démontre bien l’agilité, la créativité et l’adaptabilité de notre entreprise qui vise l’excellence plutôt que la taille, déterminée à être bien plus que la simple somme de ses parties. C’est également un signal illustrant la détermination de l’entreprise nouvellement créée à devenir un acteur majeur de l’industrie automobile dans un environnement en constante évolution. Stellantis est engagée dans la « recherche de l’excellence » et l’amélioration du bien-être de ses employés. »

Etre bien plus que la simple somme de ses parties“, indique Carlos Tavares. Pour devenir ce nouveau leader mondial de la mobilité durable et arriver à ces 5 milliards de synergie, Stellantis mise bien sûr sur les économies d’échelle, mais aussi et surtout sur “des stratégies avisées en matière d’achat et d’investissement, l’utilisation optimisée des motorisations et des plateformes, la mise en œuvre d’une R&D de pointe ainsi qu’une attention constante portée à l’efficience de la production industrielle et des équipements.

Un marché automobile en plein bouleversement

A l’aube d’une nouvelle ère, cette fusion se déroule dans un contexte historique, un tournant capital, celui des nouveaux modes de propulsion, de la progression des mobilités partagées ou encore l’avènement des véhicules autonomes. Des technologies dans lesquelles les deux groupes sont engagés à des niveaux différents. Concernant l’électrification, Carlos Tavares estime que d’ici 2030, 35% des véhicules seront électriques. Aujourd’hui Stellantis compte déjà 29 modèles électriques ou hybrides, principalement en provenance de PSA. D’ici la fin de l’année, ils seront rejoints par dix autres modèles.

L’objectif à terme est d’arriver à la neutralité carbone en proposant une version électrifiée de chaque modèle du groupe.

Le renforcement d’Alfa Romeo aux Etats-Unis

Alfa Romeo compte un nouveau patron, Jean-Philippe Imparato, jusqu’alors patron de Peugeot et remplacé par Linda Jackson à ce poste. Si Peugeot, absent depuis plus de 20 ans du marché américain, visait un retour, celui-ci est a priori mis de côté pour le moment. Carlos Tavares a en effet annoncé vouloir développer la “croissance rentable des marques déjà présentes“. C’est Alfa Romeo qui en profiterait, la marque ayant déjà 90 concessionnaires Outre-Atlantique. Giulia, Stelvio et 4C Spider y sont toujours en vente et devraient être rejoints par le Tonale fin 2021 et par un SUV urbain en 2023. Un projet de nouvelle Giulietta sur la base de la prochaine Peugeot 308 étant par ailleurs déjà en préparation.

Les marques du groupe FCA, plus présentes en Amérique devraient donc être favorisées sur ce marché, alors que les marques du groupe PSA sont mieux implantées en Europe. Seule zone d’ombre, la Chine, marché sur lequel aucun des deux anciens groupes n’a connu de succès. L’heure est ainsi aux diagnostics sur les causes de cet échec.

Enfin, Carlos Tavares a rassuré sur la non fermeture d’usine et la préservation de l’emploi. Il a enfin de nouveau appelé à la méfiance concernant la soit disante solution miracle de l’électrification, rappelant l’importance de regarder le bilan carbone d’une voiture sur l’ensemble de sa durée de vie et non pas seulement lors de son seul usage.

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, et John Elkann, Président du Conseil d’administration de Stellantis

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

A lire également

vulputate, dapibus porta. elit. Praesent venenatis, libero non
Toute l'actualité

Abonnez-vous gratuitement !

Chaque vendredi, toute l’actualité de l’automobile italienne par mail !